Renault publie un bénéfice "record" de plus de 5 milliards d'euros

Le groupe automobile Renault a publié vendredi un bénéfice net 2017 "record", en hausse de 50% à 5,1 milliards d'euros, au lendemain du feu vert donné à son PDG Carlos Ghosn pour un nouveau mandat.

"Nous avons battu un nouveau record en termes de ventes, de chiffre d'affaires, de marge opérationnelle et de résultat net", s'est félicité M. Ghosn lors d'une conférence avec des analystes.

L'entreprise, qui contrôle cinq marques (Renault, Dacia, Renault Samsung Motors, Alpine et Lada), a vendu 3,76 millions de véhicules l'an dernier. Elle vise pour 2018 une augmentation de son chiffre d'affaires "à taux de change et périmètre constants" et un maintien d'une marge opérationnelle "supérieure à 6%".

"2018 sera une année de croissance modérée", a déclaré M. Ghosn, qui a été confirmé jeudi par le conseil d'administration pour un nouveau mandat de PDG de quatre ans.

Pour cela, il a accepté une baisse de 30% de sa rémunération totale (7,25 millions d'euros en 2016) à la demande de l'Etat français, premier actionnaire du groupe, et il a nommé un numéro deux, Thierry Bolloré, afin de préparer sa succession.

M. Ghosn a expliqué que cette réduction était justifiée par le fait qu'il déléguait désormais ses fonctions opérationnelles chez Renault pour se consacrer davantage à l'alliance, lors d'une conférence de presse largement dominée par les questions de gouvernance.

Il a jugé légitimes les interrogations sur la pérennité de l'ensemble Renault-Nissan-Mitsubishi, devenu l'an dernier premier constructeur automobile mondial avec 10,6 millions de véhicules. Aujourd'hui "il faut répondre de manière à rassurer les trois entreprises, ses principaux actionnaires et les marchés", a-t-il dit.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est aussi exprimé vendredi matin sur la rémunération du PDG. "J'ai dit très clairement à M. Ghosn que nous ne pouvions pas voter pour un dirigeant qui avait des rémunérations aussi élevées et que s'il souhaitait le vote par l'Etat de sa reconduction, il devait diminuer sa rémunération. Il a accepté", a-t-il déclaré sur CNews.

Côté ventes, M. Ghosn a affirmé que le nouveau Duster, un 4x4 urbain à bas coûts, réalisait "un excellent démarrage".

- Hausse des parts de marché -

Le chiffre d'affaires de Renault a progressé en 2017 de 14,7% à 58,8 milliards d'euros, profitant de l'intégration pour la première fois de la filiale russe Avtovaz (marque Lada) dans le compte de résultats. Hors Avtovaz, il a tout de même progressé de 9,4%.

La marge opérationnelle, à 3,9 milliards d'euros, représente 6,6% du chiffre d'affaires. Hors Avtovaz, elle s'élève à 6,8% du chiffre d'affaires, contre 6,4% en 2016.

M. Ghosn a rappelé que le groupe, qu'il dirige depuis 2005, avait atteint dès 2016 l'objectif fixé pour 2017 de plus de 50 milliards d'euros de ventes et 5% de marge opérationnelle. Il vise respectivement 70 milliards et plus de 7% à l'horizon 2022, grâce à un fort potentiel de croissance en Chine, au Brésil et en Russie, selon lui.

L'an dernier, la marge a intégré une "contribution positive" d'Avtovaz de 55 millions d'euros, avec un an d'avance sur les prévisions, a souligné le groupe. M. Ghosn a qualifié ce résultat de "grande surprise", soulignant le potentiel de cette filiale.

La contribution au bénéfice net du partenaire japonais Nissan, détenu à 44% par Renault, s'est élevée à 2,8 milliards d'euros.

Les bons résultats financiers s'expliquent par "des marchés porteurs" mais aussi une "performance intrinsèque de Renault vraiment bonne", a expliqué la directrice financière, Clotilde Delbos. "Nous avons augmenté nos parts de marché sur tous les continents", a-t-elle souligné.

Le résultat net par action a atteint 18,87 euros, contre 12,57 euros en 2016. Renault va proposer aux actionnaires un dividende de 3,55 euros par action, contre 3,15 euros l'année précédente.

Ces chiffres ont été bien accueillis à la Bourse de Paris, où le titre progressait de 2,94% à 88,57 euros juste après midi, en tête de l'indice CAC 40 des principales valeurs, dans un marché en hausse de 0,82%.

Vos commentaires