Renault: "réunion extraordinaire" du CA jeudi soir

Renault:
Le siège de Renault à Boulogne-Billancourt, où va se tenir une "réunion extraordinaire" du groupeBERTRAND GUAY

Les administrateurs du constructeur automobile Renault ont été convoqués pour une "réunion extraordinaire" jeudi à partir de 18H00 au siège du groupe français à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), a-t-on appris auprès de la CGT, confirmant une information du Figaro.

La convocation reçue par l'administrateur salarié CGT "ne précise pas l'ordre du jour" de cette réunion, a indiqué à l'AFP Fabien Gâche, délégué syndical central CGT du groupe Renault, dont le PDG Carlos Ghosn est détenu depuis plus de 50 jours au Japon pour des soupçons de malversations.

Selon Le Figaro, "il ne s'agit pas tout à fait d'une réunion officielle du conseil mais plutôt d'une rencontre entre les administrateurs, comme il s'en organise régulièrement depuis le début de la garde à vue de Carlos Ghosn au Japon, le 19 novembre dernier". Cette réunion aura lieu quelques heures après une réunion au Japon du conseil d'administration de Nissan, allié de Renault, ajoute le journal.

Arrêté le 19 novembre au Japon, M. Ghosn a été mis en examen le 10 décembre pour dissimulation de revenus aux autorités boursières. Il est en outre accusé d'abus de confiance et pourrait être inculpé pour ce motif vendredi, date à laquelle prend fin sa garde à vue.

Mardi, le patron de Renault a fermement plaidé son innocence au cours d'une audience exceptionnelle au tribunal à Tokyo. Sans surprise, le tribunal a rejeté mercredi une demande de fin de détention du PDG, en invoquant le risque de fuite et d'altération des preuves.

Parallèlement à sa garde à vue, M. Ghosn est sous le coup d'une détention provisoire qui a débuté le 10 décembre pour deux mois et qui peut être renouvelée par période d'un mois. Cette incarcération est consécutive à une mise en examen concernant la minoration de ses revenus dans des rapports boursiers de Nissan sur la période 2010-2015.

Vendredi, le bureau des procureurs de Tokyo pourrait décider d'inculper une deuxième fois M. Ghosn pour les faits d'abus de confiance dont il est soupçonné (motif de sa garde à vue actuelle), auquel cas s'enclencherait une autre période parallèle de détention provisoire. Il risque également d'être mis en examen pour les minorations de revenus dont il est soupçonné sur une autre période (2015-2018).

Toujours PDG de Renault, M. Ghosn a été démis au début de l'affaire de ses fonctions à la tête des constructeurs automobiles japonais Nissan et Mitsubishi.

Vos commentaires