En ce moment
 

Restructuration aux Editions de l'Avenir - La direction déplore la grève et invite à "tourner la page"

(Belga) La direction des Editions de L'Avenir "déplore" le mouvement de grève au sein du personnel, lequel a décidé de ne pas publier de journal mardi ni mercredi. "Il faut tourner la page et se mettre au travail pour construire le futur du quotidien L'Avenir avec une nouvelle organisation, ce qui était impossible sans la mise en œuvre d'un plan de restructuration et de redéploiement. Je comprends que cela soit humainement difficile, mais c'était la seule solution pour garantir la viabilité du titre", soutient Jos Donvil, son administrateur délégué, cité lundi soir dans un communiqué.

La direction des Editions de L'Avenir rappelle qu'elle a "longuement négocié un accord avec les organisation syndicales représentatives qui a ensuite été approuvé par 85% du personnel. Malgré cela, l'Association des journalistes professionnels (AJP) a contesté cet accord et un accord complémentaires a été conclu, augmentant considérablement l'enveloppe financière pour les départs volontaires et permettant un départ négocié de 15 personnes supplémentaires et quatre licenciements. Ce nombre de licenciements a finalement été réduit à 2,8 (soit 3 départs)". "La direction s'étonne aujourd'hui que l'AJP ne respecte pas cet accord", poursuit-elle. "Les trois personnes qui doivent quitter l'entreprise ont été choisies sur des bases exclusivement objectives et liées à la réorganisation et la simplification des structures rédactionnelles, dans un schéma de renforcement des pôles régionaux et de réduction du pilier 'infos générales'. Et il faut arrêter de faire courir le bruit qu'il s'agirait d'une liste noire qui n'existe tout simplement pas", assure en outre la direction du média, propriété du groupe Nethys. Enfin, celle-ci "s'étonne fortement d'une revendication très agressive à l'égard de Philippe Lawson, directeur des rédactions, et lui renouvelle tout son soutien". Le journal L'Avenir ne sera pas publié mardi ni mercredi en raison d'un mouvement de grève. La décision a été prise lundi en fin d'après-midi lors d'une assemblée générale du personnel. Les travailleurs protestent contre trois "licenciements ciblés" dans le cadre de la restructuration du journal. (Belga)

Vos commentaires