En ce moment
 

Ryder Cup: l'Europe malmenée d'entrée par les Etats-Unis

Ryder Cup: l'Europe malmenée d'entrée par les Etats-Unis
L'Américain Tony Finau lors de la 1re journée de la Ryder Cup, sur le Golf National de Saint-Quentin-en-Yvelines, le 28 septembre 2018 FRANCK FIFE

Une ambiance au rendez-vous, mais un mauvais départ pour l'Europe. Les Etats-Unis menaient 3 à 1 après les doubles vendredi matin qui ont lancé la Ryder Cup, avec une seule défaite côté américain, celle de la paire formée par Tiger Woods et Patrick Reed.

Il reste encore beaucoup de chemin, mais l'Europe aurait évidemment espéré un meilleur scénario. Les Européens n'avaient pourtant pas si mal débuté après le coup d'envoi donné par l'Américain Tony Finau peu après 08h10 (06h10 GMT) dans une ambiance électrique, devant la tribune principale de 6.000 places, la plus grande de l'histoire de l'épreuve.

Mais l'armada américaine, soucieuse de remporter pour la première fois depuis 25 ans le trophée sur le sol européen, a fait parler la poudre après un démarrage poussif.

A l'exception toutefois de Tiger Woods, scruté comme le messie, et attraction N.1 de cette matinée après son retour au sommet. Le +Tigre+ dont la partie a été suivie par une foule impressionnante, n'est pas parvenu à inverser son mauvais cycle en Ryder Cup. Il compte désormais 18 défaites dans cette compétition, pour 13 victoires et 3 nuls. Une petite désillusion quelques jours seulement après son premier titre depuis 5 ans sur le circuit américain.

"C'est décevant et frustrant pour Pat et moi de ne pas apporter notre contribution à l'équipe", a réagi l'ancien N.1 mondial. "L'essentiel, c'est que l'équipe a un avantage de deux points."

- Sale matinée -

Le Tigre et Patrick Reed ont été battus par la paire Fleetwood-Molinari, qui a ainsi évité un "fanny" aux Européens après les quatre premiers doubles.

L'Anglais, sur un nuage, et bien épaulé par l'Italien, est lui parfaitement entré dans cette Ryder Cup.

"Je l'aime. Je l'aime. Qu'est-ce que vous voulez que je dise?", a lancé Francesco Molinari à propos de son partenaire, qui a engrangé sa toute première victoire en Ryder Cup après deux tentatives.

Mais en dehors de cela, l'Europe a passé une sale matinée. A l'image du Nord-Irlandais Rory Mc Ilroy, ancien N.1 mondial, passé totalement au travers. Son partenaire, le rookie Olesen, n'a pas pu faire grand-chose face à Dustin Johnson et Rickie Fowler.

La grosse déception est venue de la paire Rose/Rahm. Le duo anglo-espagnol, qui menait One-up (un trou d'avance), à trois trous de la fin, s'est totalement écroulé sur la fin de parcours, laissant la paire Koepka-Finau remporter leur point.

Le double vainqueur de l'US Open et de l'USPGA a connu un petit passage à vide après un incident assez rare. Au trou 6, son drive s'est égaré pour finir dans le public sur la tête d'une femme qui devrait s'en tirer avec une belle frayeur, et peut-être quelques points de suture.

"J'ai été la voir. Elle saignait pas mal", a commenté Koepka après sa victoire,

Mais le coup de la partie est venu de son compère Tony Finau. Sur le par 3 du 16, il a dévissé son fer 8, mais la balle, au lieu de finir dans l'eau, a rebondi sur l'obstacle pour finir à un mètre du trou. Un coup qui a fait basculer la partie.

La paire Casey-Hatton a, elle, bien failli écrire une très belle page de la Ryder en remontant trois trous de retard, mais Spieth et Thomas l'ont finalement emporté sur le fil.

Mais rien n'est encore fait, car les quatre autres doubles de l'après-midi peuvent permettre aux Européens de refaire leur retard.

- Engouement -

La paire Fleetwood-Molinari est repartie pour affronter un autre duo lui aussi en piste le matin, Spieth-Thomas, victorieux sur le fil du duo Casey-Hatton.

Les trois autres doubles vendredi après-midi opposent les Européens Stenson/Rose à Johnson/Fowler, McIlroy/Poulter à Watson/Simpson et Garcia/Noren à Mickelson/DeChambeau.

Lors des doubles de l'après-midi, la formule change: les deux joueurs de la même équipe n'ont qu'une seule balle qu'ils jouent alternativement (Foursome), alors que le matin les quatre joueurs jouaient chacun leur balle (Fourballs).

Le public a répondu présent pour cette première édition de cette compétition mythique disputée en France.

Si les "Europe, Europe", ou "USA, USA" semblaient encore un peu timides en début de journée, les cris et encouragements sont montés crescendo au fil de la journée. Et ce n'est qu'un début.

Vos commentaires