Sécurité routière: une carte officielle des radars mise en ligne

Sécurité routière: une carte officielle des radars mise en ligne
Un radar sur une route près d'Englos dans le nord de la France, le 15 juillet 2014Philippe HUGUEN

Une carte officielle indiquant l'emplacement des 3.275 radars déployés au bord des routes de France a été mise en ligne lundi, a annoncé mercredi la Sécurité routière.

Cette carte, promise par le gouvernement lors d'un Comité interministériel de sécurité routière en janvier, veut "offrir aux usagers de la route une information fiable et actualisée sur l'emplacement des 3.275 radars fixes en service sur le territoire métropolitain et Outre-mer", a indiqué la Sécurité routière dans un communiqué.

Sur le site radars.securite-routiere.gouv.fr, le visiteur peut visualiser instantanément le nombre de radars en fonction dans chaque région.

Chaque radar enregistré est symbolisé par un pictogramme. En cliquant dessus, l'utilisateur peut connaître son emplacement précis, sa date de mise en service, la vitesse maximale autorisée à cet endroit ou encore son type.

Sont ainsi positionnés les 1.993 radars fixes classiques, les 695 radars de franchissement de feu rouge, les 407 radars discriminants (qui font la distinction entre les différents types de véhicules), les 102 radars "vitesse moyenne" (qui calculent la vitesse moyenne entre deux points et non plus à un endroit précis) ou encore les 78 radars de franchissement de passage à niveau.

Le portail renseigne également les 70 itinéraires de contrôle-leurres, c'est-à-dire les portions de routes "où les radars sont déplacés régulièrement en n'étant annoncés que par panneau unique", a ajouté la Sécurité routière.

La carte sera actualisée tous les deux mois, et en 2019, elle "intégrera la carte de l'accidentalité routière", selon le communiqué.

La publication de cette carte avait été promise dans le cadre d'un plan de 18 mesures annoncé le 9 janvier par le Premier ministre Edouard Philippe pour enrayer la hausse du nombre de morts sur les routes enregistrée entre 2014 et 2016. Cette tendance s'est toutefois infléchie en 2017 (3.684 morts, -1,4% par rapport à 2016).

Vos commentaires