En ce moment
 

Séjours, croisières, circuits: la grande distribution est aussi du voyage

Consommation

Réserver ses vacances en hypermarché: plus d'un million de Français plébiscitent chaque année les agences de voyage de Leclerc, Carrefour, Auchan ou encore Lidl, dont les énormes bases clients et la force de frappe commerciale leur permettent d'obtenir des tarifs avantageux.

Louer un mobil-home ou même faire le tour du monde... "Notre spectre de propositions est extrêmement large. C'était notre stratégie quand on a commencé il y a 30 ans: offrir des gammes les plus larges possibles correspondant aux besoins de tous nos clients, avec la volonté de démocratiser le tourisme", résume à l'AFP Bernard Boisson, directeur général de Leclerc Voyages.

Ce réseau de 187 agences de voyage - adossées à des grandes surfaces Leclerc - fait office de pionnier du secteur. Outre la vente "classique" de tour-opérateurs (Club Med, TUI, Jet Tours, Pierre et Vacances, etc.), il propose une sélection d'offres dans une brochure estampillée Leclerc Voyages, et surtout des offres promotionnelles (une vingtaine par an) qui font sa force.

"Quand vous réservez un produit de tour-opérateur classique, c'est le prix normal. Mais pour les offres promotionnelles ou les ventes flash, le prix peut être de 30% à 50% inférieur", souligne Bernard Boisson.

Grâce à la base de clientèle énorme de l'enseigne, Leclerc Voyages peut s'engager sur de gros volumes auprès de tour-opérateurs et ainsi négocier des prix défiant toute concurrence.

"Notre tour du monde à partir de 6.485 euros, on va en vendre 300 ou 400, ce qui est déjà énorme. Mais pour notre opération mobil-home à 149 euros la semaine, on va vendre entre 12.000 et 13.000 semaines de location", indique M. Boisson.

Avec 728.000 clients en 2017, le volume d'affaires de Leclerc Voyages a atteint 545 millions d'euros, en progression de 12% sur un an.

Les séjours, circuits et croisières vendus en grandes surfaces "représentent de l'ordre de 20% de la distribution" totale de voyages en France, indique Jean-Pierre Mas, président du syndicat professionnel Entreprises du Voyage.

- 12 millions de prospectus -

Il souligne que l'activité du Voyage "est un excellent média de communication pour l'image des enseignes", même si "la profitabilité au m2 est moindre que l'alimentaire ou le bricolage".

La rentabilité est en effet le nerf de la guerre: Casino, Cora, Intermarché ou encore Tati, qui s'étaient lancés sur le créneau, ont jeté l'éponge faute de résultats suffisants.

Comme Leclerc, Carrefour Voyages a su durer et après 25 ans d'existence compte 167 points de vente, 288 millions d'euros de volume d'affaires et séduit 450.000 clients par an. Auchan Voyages, qui a été cédé en 2015 au groupe Marietton, ne communique pas ses chiffres.

Lidl est le dernier arrivé sur le créneau avec le lancement en septembre de son activité Voyages: pas d'agences physiques comme ses concurrents, mais uniquement un site internet, qui promet "le vrai prix de vos rêves" - en référence au slogan "le vrai prix des bonnes choses" du distributeur qui a entamé il y a cinq ans sa montée en gamme pour sortir du hard-discount.

Après six mois d'activité, la nouvelle agence de voyage "comptabilise 12.000 clients, c'est bien au-delà de nos espérances", indique Michel Biero, gérant des achats pour Lidl France.

Le nouveau venu - présent sur le Salon mondial du Tourisme de Paris (15-18 mars) - veut proposer le meilleur rapport qualité-prix "mais pas au détriment de la qualité", souligne Mélanie Lemarchand, responsable Lidl Voyages.

Son atout publicitaire? Le prospectus de l'enseigne Lidl, "tiré chaque semaine à 12 millions d'exemplaires, qui relaie nos offres exclusives", explique Michel Biero.

Chez Leclerc Voyages, ce sont 1,2 million de courriers électroniques qui sont envoyés chaque mardi aux clients. Une des clés de la réussite "est de faire beaucoup de choses, tout le temps", résume Bernard Boisson.

Il souligne aussi que Leclerc Voyages n'attire pas que des consommateurs poussant leur chariot en hypermarché: "grâce à notre offre, un quart de notre clientèle ne sont pas des clients des centres Leclerc".

Vos commentaires