Séoul veut réagir "sévèrement" aux sanctions commerciales américaines

Séoul veut réagir
Le président américain Donald Trump (g) et son homologue sud-coréen Moon Jae-In, lors d'une conférence de presse le 7 novembre 2017 à SéoulJim WATSON

Le président sud-coréen Moon Jae-in a dénoncé lundi le "protectionnisme déraisonnable" des Etats-Unis qui veulent imposer de nouvelles taxes douanières aux importations sud-coréennes.

Le président américain Donald Trump a menacé Pékin et Séoul la semaine dernière de sanctions commerciales sur l'acier et l'aluminium et promis de revoir un accord de libre-échange conclu en 2012 avec Séoul, qu'il a qualifié de "désastreux".

Les Etats-Unis, qui présentent un important déficit dans leurs échanges avec Pékin et Séoul, ont déjà imposé des sanctions douanières en janvier sur les panneaux solaires chinois et les machines à laver sud-coréennes.

Séoul a fait savoir qu'il soumettrait ce dossier à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) tandis que Pékin a exprimé sa "forte réprobation".

Ces frictions commerciales ternissent les relations bilatérales au moment où Séoul et Washington cherchent à présenter un front uni face à la menace nucléaire venue de Corée du Nord.

Lors d'une réunion avec ses collaborateurs, M. Moon s'est dit préoccupé par "l'intensification du protectionnisme" et ses conséquences pour l'économie de son pays, la onzième économie mondiale très dépendante des exportations.

"J'ai peur que l'élargissement des restrictions américaines sur nos exportations, y compris l'acier, l'électronique, les panneaux solaires et les machines à laver ne nuise à nos exportations malgré leur compétitivité internationale", a-t-il dit. "J'aimerais que (les responsables) réagissent aux mesures protectionnistes déraisonnables d'une manière assurée et sévère (....) en vérifiant qu'elles ne violent pas l'accord de libre-échange actuel entre la Corée du Sud et les Etats-Unis".

L'administration Trump a lancé en juillet des pourparlers pour renégocier l'accord de 2012. Deux rounds de discussions n'ont pas donné grand chose pour le moment.

Malgré la politique de "l'Amérique d'abord" prônée par la Maison Blanche, le solde chroniquement déficitaire de ses échanges de biens et de services avec le reste du monde a atteint 566 milliards de dollars en 2017, en hausse de 12,1% sur un an.

Vos commentaires