SNCF: "bons résultats" en 2017, grâce à un rebond de la fréquentation

La SNCF a publié mardi de "bons résultats" pour 2017, multipliant son bénéfice net par 2,3 à 1,33 milliard d'euros, avec une forte hausse de la fréquentation décrite par ses dirigeants comme "un rebond du train".

Même si la direction a mis en avant d'importants effets comptables qui ont gonflé le bénéfice, ce chiffre est susceptible de donner un grain à moudre aux syndicats, qui devaient se réunir mardi après-midi pour adopter une position commune après l'annonce des projets gouvernementaux de réforme du secteur ferroviaire, qui comprennent la fin du statut des cheminots.

Le résultat net ayant en effet été gonflé par des droits à déductions fiscales, la SNCF met en avant un "résultat net récurrent" de 679 millions d'euros, multiplié par trois grâce à la hausse du chiffre d'affaires et à la compression des charges.

"Cette année, il y a du fiscal à gogo!", s'est exclamé le président du directoire Guillaume Pepy, interrogé par l'AFP. "Il y a des impôts différés actifs qui sont en très forte augmentation. Ce n'est pas du vrai argent, c'est du pur, pur, pur comptable."

Au sujet des menaces de mouvement social brandies par les syndicats, M. Pepy s'est contenté d'estimer que "personne n'a intérêt à un conflit long qui affaiblirait le train au moment où il redécolle".

Lundi, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé sa volonté de réformer la SNCF "avant l'été" avec un recours possible aux ordonnances, provoquant une levée de boucliers des syndicats dont le premier, la CGT, a dit être prêt à "un mois de grève" pour "faire plier le gouvernement".

Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 3,8% en 2017, à 33,51 milliards d'euros, la hausse atteignant 4,2% à périmètre et taux de change constants.

La marge opérationnelle grimpe de son côté de 1,3 point à 13,7%.

La principale composante, SNCF Mobilités, a réalisé un chiffre d'affaires en hausse 4,3% (et de 4,7% à périmètre et taux de change constants) à 31,831 milliards d'euros.

Voyages SNCF (longue distance et grande vitesse) progresse en particulier de 8,2%, grâce notamment à l'ouverture des lignes à grande vitesse vers Bordeaux et Rennes et au succès des services à bas coûts Ouigo.

"Ces résultats sont un signal positif pour l'avenir du ferroviaire dans notre pays", a commenté Guillaume Pepy.

Il se réjouit en particulier d'"un rebond commercial qui est remarquable, honnêtement plus fort que prévu", avec des trafics en progression de 10% pour les TGV et 4,7% pour les TER.

- La dette se creuse encore -

Il l'explique notamment par "la politique commerciale qu'on a suivie depuis maintenant deux ou trois ans, qui est une politique de volume, une baisse des prix aussi: la baisse des prix, pour le TGV, c'est 7% en trois ans, en panier moyen".

SNCF Mobilités a réalisé un résultat net récurrent de 895 millions d'euros, multiplié par 2,3 sur un an. Quelque 40% de ces résultats sont reversés à SNCF Réseau sous forme de dividendes, 5% sont reversés au personnel et "le reste, c'est des investissements qui sont utiles au client", a noté M. Pepy.

SNCF Réseau a de son côté réalisé un chiffre d'affaires de 6,5 milliards d'euros (+0,9%), dont 3,6 milliards viennent de péages pays par SNCF Mobilités, 0,3 milliard d'autres péages, 2 milliards de concours publics et 0,6 milliard d'autres prestations, a détaillé son PDG Patrick Jeantet.

"Tous nos engagements sont tenus", a-t-il dit à l'AFP, "aussi bien sur tous nos grands chantiers qui ont été tenus en budget et en planning que sur la productivité où nous avons même dépassé les objectifs".

SNCF réseau affiche une perte nette récurrente inchangée, de 157 millions d'euros, tandis que sa célèbre dette s'est alourdie de 1,7 milliard d'euros en 2017, pour finir l'année à 46,6 milliards.

Le montant total des investissements du groupe s'est élevé à 8,8 milliards d'euros, dont 5,2 milliards consacrés au réseau.

Pour 2018, Guillaume Pepy s'attend --hors effets d'un éventuel conflit social dur-- à "une belle croissance", avec une hausse de chiffre d'affaires du groupe de plus de 3%, avec une hausse du trafic TGV de 6%.

Vos commentaires