En ce moment
 

SNCF: la grève et une panne perturbent les départs en vacances

SNCF: la grève et une panne perturbent les départs en vacances
Quatre TGV et TER sur cinq, deux Intercités sur trois circuleront vendredi 6 juilletCHRISTOPHE SIMON

La grève CGT-SUD contre la réforme ferroviaire et une panne de signalisation au nord de Paris ont perturbé vendredi le trafic SNCF et les premiers grands départs en vacances d'été, en attendant une nouvelle journée de grève déjà prévue par la CGT, le jeudi 19 juillet.

Cette grève de deux syndicats, qui se poursuivra samedi, intervient alors que la loi de la réforme ferroviaire a été promulguée le 28 juin. Ce texte supprime les embauches au statut de cheminot (au 1er janvier 2020), transforme la SNCF en société anonyme et organise l'ouverture à la concurrence (à partir de décembre 2019). Des points de la réforme restent à écrire, notamment dans la convention collective nationale du secteur ferroviaire.

Outre les perturbations dues à la grève - huit TGV et TER sur dix en circulation, deux trains Intercités sur trois -, une panne de signalisation à la mi-journée a entraîné d'importants retards des trains entre la gare du Nord à Paris, le nord de la France, le Benelux et l'Angleterre, a annoncé la SNCF, qui prévoyait un retour progressif à la normale d'ici au début de soirée.

Si le problème a été résolu vers 13H00, les trains affichaient toujours en milieu d'après-midi des retards allant de 40 minutes à 2 heures 30, a précisé à l'AFP un porte-parole de la SNCF, ajoutant que les retards concernaient surtout des Thalys et Eurostar.

Pour samedi, la SNCF prévoit huit TGV et TER sur dix, ainsi que sept trains Intercités sur dix en moyenne. Tous les voyageurs avec réservation "ont été recontactés ces derniers jours par sms ou email" et "les billets restent remboursables et échangeables sans surcoût", a souligné la SNCF.

Mais Jacques Canuti, 75 ans, n'a "pas de portable" et n'a donc "pas reçu de message" d'annulation. Ce chaudronnier à la retraite, assis vendredi matin près d'une énorme valise en gare de la Part-Dieu, à Lyon, a dû "aller à la gare pour changer (son) billet". En partance pour un séjour en Corse, il estime la grève "normale" car "ils défendent leur steak".

Au total, il y avait 6,5% de grévistes dans le groupe vendredi matin, selon la direction. Avec 22,4% des conducteurs en grève. Le 28 juin, dernier jour de la grève unitaire à quatre syndicats, le taux global de grévistes avait atteint 10,3%, avec 36,2% des conducteurs mobilisés. L'Unsa et la CFDT, les deux autres organisations représentatives à la SNCF, ont décidé de ne pas faire grève pendant les congés d'été.

- "Heureusement, il y a les bus" -

Pour la suite, la CGT a annoncé la couleur vendredi matin: prochaine grève le 19 juillet, jour de la "première réunion avec le patronat" pour négocier la convention collective. Il y aura d'autres dates en août et "probablement" à la rentrée car ce mouvement n'aura "pas de point final tant que nous n'aurons pas les garanties que nous demandons depuis le début", a expliqué sur Cnews Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots.

"Pour nous, la bataille est loin d'être terminée", a renchéri sur Radio Classique Philippe Martinez, le numéro un de la CGT.

De son côté, SUD "consultera ses structures lundi lors d'une téléconférence. La décision de s'inscrire ou pas dans cette action (du 19 juillet, ndlr) décidée unilatéralement par la CGT sera prise à l'issue", a indiqué à l'AFP Fabien Dumas, secrétaire fédéral de SUD-Rail.

Déplorant "une grève qui ne sert à rien" puisque "la loi est promulguée", la ministre des Transports Élisabeth Borne a appelé les syndicats "à la raison". Les Français doivent pouvoir "partir sereinement en vacances", a-t-elle souhaité.

"Heureusement qu'il y a les bus. Eux, ils font leur beurre", notait Jeannine Robert, une voyageuse retraitée dont le train au départ de Lyon Part-Dieu avait "30 minutes de retard" vendredi matin.

Martine, grand-mère sexagénaire, est venue chercher ses petites-filles à la gare de Lille-Europe pour les emmener en Savoie. "Notre TGV, c'est bon mais on espère que ça ira pour le TER entre Lyon et Chambéry." Si cette ex-fonctionnaire a "compris au début" le mouvement de grève, "maintenant, dit-elle, ça suffit"!

Vos commentaires