En ce moment
 
 

SNCF: nouvel épisode de perturbations lundi sur les TGV Atlantique

SNCF: nouvel épisode de perturbations lundi sur les TGV Atlantique
Seulement 30% des TGV circuleront sur l'axe Atlantique en raison de la poursuite d'une grève de 200 agents spécialisés dans la maintenance en banlieue parisienneLOIC VENANCE

Seulement 30% des TGV circuleront lundi sur l'axe Atlantique à cause de la poursuite d'une grève d'agents de maintenance en banlieue parisienne, dans un climat social toujours tendu dix jours après l'accident d'un TER sur un passage à niveau dans les Ardennes.

En plein milieu des vacances scolaires, la SNCF est contrainte de réduire la cadence de ses TGV Atlantique en raison d'un mouvement poursuivi depuis lundi 21 octobre par 200 agents du technicentre de Châtillon (Hauts-de-Seine), spécialisé dans la maintenance quotidienne des trains.

La directrice des TGV Atlantique, Gwendoline Cazenave, a fait part dimanche à l'AFP de son "incompréhension" face à "une situation de jusqu'au-boutisme" qui "pénalise les clients" dans la mesure où l'objet du désaccord, "un projet d'aménagement de leurs conditions de travail" a été "retiré dès mardi".

"Jusqu'à aujourd'hui nous avons réussi à maintenir un plan de transports très significatif, avec 80 à 90% des trains qui circulent mais à partir de demain on passe à un plan de transports de 30%", faute de maintenance, a-t-elle annoncé.

Ce mouvement très localisé a un impact majeur compte tenu du rôle stratégique du Technicentre dans l'exploitation au quotidien des TGV Atlantique.

"On est dans une situation de blocage parce que les agents nous demandent le paiement des jours de grève, ce qui est totalement impensable", mais aussi "une prime pour reprendre le travail", a affirmé Mme Cazenave.

Pour autant, "on continue à dialoguer", des "avancées" ont été réalisées sur le volet des conditions de travail "mais le paiement des jours de grève n'est pas possible", a-t-elle souligné.

- "réaction épidermique"-

Concrètement, lundi deux allers-retours sont prévus sur la ligne Paris-Nantes, deux sur Paris-Rennes, quatre sur Paris-Bordeaux, et la SNCF desservira aussi "Toulouse, Hendaye, Poitiers, Quimper, Brest" afin que "chaque destination soit desservie même en nombre limité", a détaillé la directrice.

Les clients ont été, selon elle, contactés par courrier électronique et pourront se faire rembourser ou échanger sans frais leurs billets.

Selon Julien Troccaz, secrétaire fédéral du syndicat SUD-Rail qui a appelé à cette grève et qui s'est exprimé plus tôt dans la semaine, les cheminots ont protesté contre "une remise en cause des conditions de travail par la direction sans aucune concertation" avec le personnel.

La direction du site avait annoncé une suppression des repos compensateurs pour le travail en soirée et le week-end, avait déclaré pour sa part Erik Meyer, également secrétaire fédéral de SUD-Rail. "Les agents ont eu une réaction épidermique, à la hauteur de la violence des annonces du management", avait-il jugé.

Ni Sud-Rail ni la CGT Cheminots n'ont pu être joints dimanche.

Ce nouvel épisode de perturbations intervient après une pagaille qui a débuté la veille des vacances scolaires après un accident d'un TER à un passage à niveau le 16 octobre dans les Ardennes. Cet incident avait déclenché une vague d'arrêts de travail de conducteurs et contrôleurs dans toute la France, sur la base du droit de retrait au nom de la sécurité.

Les syndicats réclamaient la présence d'un contrôleur à bord de tous les TER, ce que la direction a rejeté, leur présentant plusieurs mesures correctrices pour "encore mieux protéger" les "équipements d'alerte" des trains régionaux.

Par ailleurs, la direction régionale de la SNCF assure qu'"il n'y a aucune perturbation prévue pour lundi" en ce qui concerne les TER en Provence-Alpes-Côte d'Azur, perturbés par un mouvement social dimanche.

En revanche, une grève est programmée à partir du 5 décembre par plusieurs syndicats de la SNCF contre la réforme des retraites.

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, rencontrera le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye mardi.

Jeudi, une rencontre est également prévue entre M. Delevoye, le secrétaire d'État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, et les syndicats de cheminots pour une première séance de concertation.

Le lendemain, le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, passera le flambeau à Jean-Pierre Farandou.

Vos commentaires