En ce moment
 
 

Sommet de l'élevage: Macron tance les éleveurs qui ont expulsé des députés

Sommet de l'élevage: Macron tance les éleveurs qui ont expulsé des députés
Emmanuel Macron avec des éleveurs le 4 octobre 2019 au "Sommet de l'élevage" à Cournon-d'Auvergne près de Clermont-Ferrand PHILIPPE DESMAZES

Emmanuel Macron, venu soutenir les éleveurs à Cournon-d'Auvergne, les a aussi vertement tancés vendredi, jugeant "inacceptable" la "violence" à l'encontre des "élus de la République" qui ont été expulsés jeudi du Sommet de l'élevage pour avoir voté en faveur du traité de libre-échange UE-Canada.

"La violence est inacceptable envers un élu de la République, rien ne justifie la violence envers un élu de la République, sinon on aura des menaces sous prétexte qu'un élu n'a pas voté ceci ou cela, on sera légitime pour leur casser la devanture" a déclaré le président de la République à la fin d'une visite impromptue et bousculée au milieu des vaches.

"Je l'ai dit ce matin très clairement aux représentants (du monde agricole, NDLR), non seulement je le condamne, mais pour moi c'est une attitude qu'ils devraient eux-mêmes condamner officiellement. Les grands syndicats agricoles ne peuvent pas cautionner cela, je comprends la colère, mais les problèmes on ne va pas les régler comme ça, c'est anti-démocratique et anti-républicain" a ajouté le président.

Les deux députés LREM chahutés par les éleveurs, Roland Lescure et Jean-Baptiste Moreau, ont dénoncé leur évacuation du salon, Roland Lescure regrettant "vivement qu'une minorité agitatrice interrompe avec véhémence un débat autour des enjeux du Ceta".

Cet été, de nombreuses permanences parlementaires d'élus de la majorité ont aussi été dégradées après le vote de ratification par l'Assemblée nationale le 23 juillet de l'accord de libre-échange UE-Canada.

"L'action de jeudi était un peu dure, mais à la hauteur de l'exaspération des éleveurs vis-à-vis de ces députés, et elle a notre soutien total" a dit à l'AFP Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA.

"Les éleveurs n'en peuvent plus de voir certains députés nous expliquer que cela nous ferait du bien de voir arriver sur le marché français 65.000 tonnes de viande canadienne, produite avec des substances interdites en Europe, et ce, alors que nous n'arrivons pas à vendre la notre à des prix corrects" a ajouté M. Bénézit.

"Les éleveurs en ont plus qu'assez qu'un certain parlementaire se disant paysan insulte notre profession" a-t-il ajouté, visant Jean-Baptiste Moreau, lui-même agriculteur. Il a rappelé que M. Lescure, "qui représente les Français de l'étranger vit au Canada".

Vos commentaires