En ce moment
 

Sport d'entreprise: copains, compét' et un patron satisfait

Sport d'entreprise: copains, compét' et un patron satisfait
La ministre des Sports Laura Flessel quite l'Elysée après une réunion le 9 mai2018CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Sur la plage de Pornichet, dans l'ouest de la France, l'Iranien Sayed Hedayat savoure sa victoire contre son homologue français de beach volley. Il n'est pas sportif professionnel mais participe aux Jeux mondiaux du sport d'entreprise, dont l'objectif est d'inciter à une pratique sportive bénéfique pour le salarié et le patron.

"Le sport me permet une meilleure gestion du stress, de gérer ma fatigue psychologique", explique Emmanuel Gas Nocera, cadre chez EDF, qui s'est aligné au 5.000 m, l'une des 25 disciplines entre foot, golf ou encore voile.

"C'est aussi un bon moyen de décompresser avec les collègues en dehors du cadre du travail", poursuit le Marseillais venu encourager l'équipe de beach volley mal en point.

Pour Mohammed Reza Shobeiri, agent de sécurité au port de Bandar Abbas en Iran, le sport procure de la "sérénité" dans l’exercice de son métier. "C'est aussi sympa de se retrouver à jouer avec les plus anciens de la boîte", déclare le jeune homme de 21 ans, aussitôt interrompu par son responsable de 42 ans : "C'est bien, mais moi je veux gagner !". Le chef entend lui insuffler "le dépassement de soi" par la compétition.

En France, "la pratique du sport en entreprise est en évolution depuis une dizaine d’années, elle a pris du retard par rapport aux pays scandinaves mais rattrape le train", précise Didier Besseyre, président de la Fédération Française du Sport d’Entreprise (FFSE), fondée en 2003.

"Les bienfaits d’une activité physique sur les salariés sont de plus en plus reconnus par les chefs d'entreprise", affirme cet ancien cadre de la Banque de France. Ayant poussé ses collègues à prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur, ceux-ci se sont initiés à la course à pied.

La ministre des Sports Laura Flessel, qui sera présente samedi aux Jeux mondiaux, a pour objectif "de mobiliser 3 millions de pratiquants d'ici 2022".

Les salariés du groupe aéronautique Safran et du BTP Bouygues débutent leur journée sur les chantiers par un échauffement "sur le même principe des sportifs professionnels". "Depuis, il y a une baisse significative des accidents du travail", indique Didier Besseyre, président de la FFSE qui a aussi accompagné les agents d'entretien des hôtels Mercure. "Ils se plaignaient de mal de dos à force de porter les matelas. On a créé un programme avec un coach qui a permis de les soulager".

- Gain de productivité -

Ainsi, le sport se révèle bénéfique pour patron et employé : une personne sédentaire qui se met à la pratique d’une activité physique et sportive dans son entreprise va améliorer sa productivité de 6 à 9 %, selon une étude du cabinet de conseil en performance économique Goodwill, commandée en 2015 par le Medef et le Comité National Olympique et Sportif Français.

Selon cette étude, 82 % des entreprises françaises n'ont pas encore mis en place des initiatives en faveur de la pratique des activités physiques. "Le principal frein est l'équipement sportif". "Je dis aux PME-TPE, qu'il suffit d'installer une douche et d'utiliser son environnement extérieur", assure le président de la FFSE.

Employé d'une petite brasserie flamande, Geert Tonnelier a besoin de "sa dose de sport". Idem pour Stéphane, responsable réseaux chez Orange à Rennes. "Je me fais un point d'honneur d'assister à tous les entraînements, c'est mon petit plaisir de la semaine. Si tu t'es engueulé avec un collègue, que tu as eu une mauvaise journée et que tu sais que tu vas jouer, tu te sens mieux", confie le Breton.

C'est "l'esprit de compétition" qui anime l'Allemande Jennifer, employée de la municipalité d'Hanovre. Cette envie de la gagne se retrouve sur le terrain de foot à 7, où les cartons jaunes pleuvent. Sur la piste d’athlétisme, l'admiration revient à une sprinteuse iranienne qui, sous un soleil plombant, remporte le 100 m haut la main.

Après les épreuves, ces sportifs se retrouvent sous les tonnelles pour la troisième mi-temps, là où la bière coule à flots.

Vos commentaires