Spotify parie gros sur les podcasts

Spotify parie gros sur les podcasts
Le logo du service de streaming musical Spotify photographié le 19 avril 2018 à ParisLionel BONAVENTURE

Spotify, le numéro un mondial de l'écoute de musique en ligne, a décidé d'investir massivement dans les podcasts en rachetant les sociétés américaines Gimlet Media et Anchor et en prévoyant de dépenser jusqu'à 500 millions de dollars sur ce créneau cette année.

Le groupe suédois était déjà présent dans le secteur de ces programmes pré-enregistrés et téléchargeables en ligne, devenus en quelques années un produit de consommation de masse. Spotify avait, par exemple, acheté à prix d'or des podcasts de la comédienne Amy Schumer ou du rappeur Joe Budden.

Mais en mettant la main sur Gimlet Media, une plateforme proposant toute une gamme de podcasts, et sur Anchor, qui apporte à leurs créateurs des outils pour construire, diffuser et monétiser leurs émissions, Spotify espère selon un communiqué devenir "le premier producteur de podcasts et la plateforme de référence pour les créateurs de podcast".

"Il s'agit vraiment d'étendre notre mission au-delà de la musique pour tout ce qui est audio", a expliqué le co-fondateur et directeur général de la société, Daniel Ek, dans une interview sur CNBC.

"Notre croissance dans les podcasts est simplement phénoménale", a-t-il remarqué.

Le groupe, qui n'a pas précisé le montant de ces achats, prévoit d'investir au total en 2019 entre 400 et 500 millions de dollars pour "de multiples acquisitions" dans le secteur.

La plateforme, qui dévoilait aussi ses résultats trimestriels mercredi, a par ailleurs annoncé qu'elle comptait fin décembre 96 millions d'abonnés payants, soit 36% de plus que fin 2017.

Pour Spotify, cette progression est largement liée aux résultats, meilleurs qu'attendu, de son partenariat avec Google Home et de sa campagne promotionnelle pour les fêtes de fin d'année.

En incluant les personnes profitant de l'offre gratuite comprenant de la publicité, Spotify comptait en tout 207 millions d'utilisateurs actifs mensuels.

Même si le revenu par utilisateur a légèrement reculé, la plateforme a dégagé sur l'ensemble du trimestre un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros, en hausse de 30% sur un an.

Son bénéfice net s'est lui élevé à 442 millions d'euros.

Le groupe, créé en 2005, reste cependant déficitaire sur l'ensemble de l'année: il a encaissé une perte nette de 78 millions d'euros en 2018, et une perte opérationnelle de 43 millions.

Et pour 2019 le groupe devrait rester dans le rouge: il anticipe une perte opérationnelle comprise entre 200 et 360 millions d'euros.

Peu après l'ouverture à la Bourse de New York, le titre de Spotify cédait 5,63%.

Vos commentaires