En ce moment
 

Surveillant les négociations Chine-USA, Wall Street hésite

Surveillant les négociations Chine-USA, Wall Street hésite
Traders sur le parquet du New York Stock Exchange le 17 mai 2018 à New YorkBryan R. Smith

La Bourse de New York hésitait sur la direction à suivre peu après l'ouverture vendredi, les investisseurs se plaçant en retrait alors que les Etats-Unis et la Chine reprennent vendredi leurs délicates négociations commerciales.

Vers 14H15 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,04% à 24.724,59 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 0,33% à 7.357,92 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,26% à 2.713,05 points.

Préoccupée par la hausse des taux d'intérêt et les nombreux éléments d'incertitudes géopolitiques, Wall Street avait terminé dans le rouge jeudi à l'issue d'une séance indécise, le Dow Jones perdant 0,22% et le Nasdaq 0,21%.

Vendredi, "il n'y a pas vraiment d'information susceptible d'expliquer le manque d'enthousiasme des investisseurs", estime Patrick O'Hare de Briefing. "Les acteurs du marché ressassent les mêmes gros titres sur le commerce, la géopolitique, le pétrole, les taux d'intérêt et la crainte d'avoir atteint un pic en terme de résultats d'entreprise."

Les résultats de quelques grandes entreprises étaient reçus fraîchement, la chaîne de magasins de vêtements Nordstrom chutant par exemple de 10,31% et Applied Materials, qui fabrique des composants pour semi-conducteurs, baissant de 9,75%.

Malgré des chiffres trimestriels inférieurs aux attentes, le fabricant de matériels agricoles Deere parvenait à monter de 4,71% après avoir relevé ses prévisions pour l'année.

Par ailleurs, "les informations mitigées qui ressortent des négociations entre les Etats-Unis et la Chine ne font pas grand chose pour atténuer les incertitudes sur ce front", relèvent les analystes de Charles Schwab.

Les négociateurs américains et chinois ont participé à une réunion à la Maison Blanche jeudi et doivent poursuivre les discussions vendredi.

Selon le New York Times, Pékin serait disposé à faire d'importantes concessions mais rien n'a filtré jeudi des échanges entre le président américain Donald Trump et le vice-Premier ministre chinois Liu He, ni de ceux avec le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin.

- Icahn s'attaque à AmTrust -

Le marché obligataire se détendait un peu: le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans reculait à 3,084% contre 3,111% jeudi soir et celui sur les bons à 30 ans baissait à 3,231% contre 3,246% la veille à la clôture.

Parmi les autres valeurs du jour, Campbell Soup, connu pour ses aliments en conserves, dévissait de 11,37%. Le groupe a annoncé le départ à la retraite, à effet immédiat, de sa directrice générale Denise Morrison et le lancement d'une revue stratégique de toutes ses marques.

Le laboratoire Amgen s'appréciait de 0,38% après avoir reçu le feu vert de l'Agence américaine du médicament (FDA) pour un traitement destiné à prévenir la migraine, qui devrait être disponible d'ici une semaine aux Etats-Unis.

Le groupe de médias CBS montait de 1,45% alors que s'intensifient les désaccords avec la holding le contrôlant, National Amusements.

United Continental baissait de 1,38% au lendemain de l'annonce du départ de son directeur financier Andrew Levy.

La société spécialisée dans les paiements en ligne PayPal s'octroyait 3,08% après avoir annoncé le rachat de la startup suédoise iZettle pour 2,2 milliards de dollars.

La société de services financiers AmTrust gagnait 2,05%. L'investisseur activiste Carl Icahn s'est invité au capital de l'entreprise et s'est publiquement opposé au retrait de la cote souhaitée par l'actionnaire majoritaire.

Vos commentaires