Taxe kilométrique - La taxe kilométrique contribue à la verdurisation du parc des camions

Taxe kilométrique - La taxe kilométrique contribue à la verdurisation du parc des camions
Transports

(Belga) Le prélèvement kilométrique sur les camions de plus de 3,5 tonnes contribue à la verdurisation du parc des poids lourds qui roulent en Belgique, affirme jeudi Viapass, l'organisme interrégional qui coordonne et contrôle la taxe, sur base des chiffres de l'année 2018. Ainsi, 56,92% des montants perçus l'ont été pour des camions répondant à la norme Euro-6, soit la plus récente et la moins polluante. En 2017, les montants perçus pour des poids lourds Euro-6 représentaient 45,73% du total.

"Le prélèvement kilométrique est donc bien un instrument de verdurisation du parc", observe Johan Schoups, administrateur-général de Viapass. "Avec un nouveau camion, les entreprises sont confrontées à moins de pannes, consomment moins de carburant et, en outre, bénéficient de tarifs moins élevés sur la taxe au kilomètre." Cette verdurisation concerne en majorité les camions immatriculés à l'étranger. En 2018, le prélèvement kilométrique a généré 712,7 millions d'euros (676 millions en 2017, +5,4%). La Flandre a reçu 449,4 millions d'euros, la Wallonie 253 millions et Bruxelles 10,3 millions. Selon Viapass, ces chiffres démontrent une grande stabilité du système et sont conformes aux prévisions. Le mois d'octobre a été, comme en 2017, le mois le plus actif sur les routes avec 66,9 millions d'euros perçus. Viapass observe un lien entre l'activité économique et le rendement de la taxe. Par exemple, en été, la baisse des revenus a commencé à la mi-juillet, lorsque débutent les congés de la construction. Le nombre de kilomètres parcourus par les quelque 140.000 à 150.000 poids lourds soumis à la taxe est également en augmentation: de 6,13 milliards en 2017 à 6,27 milliards en 2018 (+2,3%). L'indexation des tarifs explique le fait que l'augmentation du nombre de kilomètres parcourus est inférieur à l'augmentation des recettes. Si les camions immatriculés à l'étranger restent les principaux contributeurs, la part des camions immatriculés en Belgique repart légèrement à la hausse et représentent 46,7% des revenus générés en 2018, contre 46% en 2017. Les véhicules immatriculés aux Pays-Bas (10,2%), en Pologne (9,3%) et en Roumanie (6,2%) sont les contingents étrangers les plus importants. (Belga)

Vos commentaires