En ce moment
 

Technologies: Nouvelle fusion dans les semi-conducteurs aux Etats-Unis

Technologies: Nouvelle fusion dans les semi-conducteurs aux Etats-Unis
Fusion aux Etats-Unis dans les semi-conducteurs destinés aux industries militaires et aéronautiques JEAN-PIERRE MULLER
INFORMATIQUE

Le groupe américain Microchip Technology a annoncé jeudi racheter pour 8,35 milliards de dollars son concurrent californien Microsemi Corp, plus gros fournisseur de semi-conducteurs pour les industries militaires et aéronautiques.

Cette transaction est la dernière en date dans ce secteur secoué actuellement par des grandes manoeuvres, dont une offre publique d'achat hostile de plus de 117 milliards de dollars de Broadcom sur Qualcomm, fournisseur d'Apple.

Dans le détail, Microchip propose 68,78 dollars par titre Microsemi, le tout en numéraire, ce qui représente une prime de 7% comparé au cours de clôture de l'action jeudi à Wall Street.

Basé dans l'Arizona, Microchip affirme que l'opération, qui devrait être finalisée au deuxième trimestre après feu vert des régulateurs et des actionnaires, aura un impact positif immédiat dans ses résultats.

Le fabricant des puces technologiques espère également réaliser des économies d'un montant de 300 millions de dollars dès la troisième année suivant le mariage.

Le secteur des puces technologiques est en pleine recomposition, avec des rapprochements tous azimuts face à une hausse des coûts et une réduction du nombre de clients.

La plus grosse opération jamais réalisée serait une éventuelle fusion entre Broadcom etQualcomm mais les deux parties sont à couteaux tirés, Qualcomm jugeant notamment insuffisant le prix proposé par son courtisan. Ses actionnaires devraient se prononcer sur cette fusion lors de leur assemblée générale (AG) prévue ce mardi 6 mars.

Broadcom, basé actuellement à Singapour mais qui s'est engagé à se redomicilier aux Etats-Unis en cas de succès de l'opération, a déjà prévenu qu'il entendait renverser, lors de cette AG à moins de francs progrès, le conseil d'administration de Qualcomm responsable, selon lui, du bras de fer actuel.

Vos commentaires