Tesco: arrêt du procès de trois ex-dirigeants après une crise cardiaque

Tesco: arrêt du procès de trois ex-dirigeants après une crise cardiaque
Carl Rogberg, arrive au tribunal à Londres le 25 septembre 2017.CHRIS J RATCLIFFE

Le procès de trois anciens dirigeants du géant britannique des supermarchés Tesco a été arrêté avant son terme après qu'un des mis en cause a été frappé par une crise cardiaque, rendant incertaine la suite de la procédure.

Carl Rogberg, ancien directeur financier du géant de la distribution, a été transporté jeudi dernier à l'hôpital pour des soins et doit subir une opération cette semaine.

"Dans ces circonstances, il ne serait pas juste ou approprié de poursuivre ce procès et ainsi je vous libère du traitement de cette affaire", a déclaré lundi la juge Deborah Taylor en s'adressant au jury, dans des propos rendus publics mardi.

"Je sais que cela doit être assez frustrant pour vous de ne pas parvenir à une conclusion après tout le travail fourni durant le procés", a-t-elle ajouté devant le tribunal de Southwark à Londres.

M. Rogberg, ainsi que Chris Bush et John Scouler, qui exerçaient respectivement les fonctions de directeur opérationnel et directeur commercial, étaient jugés notamment pour fraude et faux en écritures comptables pour des faits remontant à 2014, quand l'entreprise avait surestimé ses bénéfices attendus de 250 millions de livres (281 millions d'euros au cours actuel).

Jugés depuis septembre dernier, les trois prévenus rejetaient les accusations. Ils encouraient jusqu'à dix ans d'emprisonnement pour le premier chef d'accusation et sept ans pour le second.

Le procès tel qu'il se déroulait prend donc fin sans avoir pu être mené jusqu'à son terme, en l'absence d'un des trois mis en cause et après avoir déjà fait l'objet d'une série de retards. Il devait au départ s'achever avant la fin 2017.

L'organisme chargé de lutter contre la délinquance financière au Royaume-Uni, le Serious Fraud Office (SFO), chargé des poursuites, doit désormais décider si l'affaire mérite d'être rejugée. Une décision sur un possible nouveau procès doit être prise le 2 mars.

"Je pense qu'il serait totalement accablé de découvrir qu'en raison de ce qu'il subit il y ait un possible nouveau procès", a déclaré Nicholas Purnell, avocat de M. Rogberg.

Si les trois cadres sont poursuivis à titre individuel, le groupe, lui, a évité un procès en négociant le paiement d'une amende de 129 millions de livres auprès du SFO.

Tesco a conclu en outre un accord avec le gendarme financier, la Financial Conduct Authority (FCA), pour indemniser les investisseurs qui avaient acheté l'action Tesco entre la publication d'un rapport d'activité erroné et celle du correctif.

L'entreprise avait elle-même reconnu son erreur en septembre 2014, provoquant une tempête médiatique et un mouvement de vente massif de l'action du groupe, dont le cours avait chuté.

L'affaire avait conduit à la démission du patron de l'époque, Richard Broadbent, ainsi qu'à la suspension de plusieurs cadres dirigeants. Tesco avait alors terminé l'année sur une perte nette abyssale de 5,7 milliards de livres, la pire de son histoire.

Vos commentaires