En ce moment
 
 

Top 14: le Racing n'a plus le temps

Top 14: le Racing n'a plus le temps
L'entraîneur du Racing 92, Laurent Labit, avant un match de Coupe d'Europe à Leicester, le 16 décembre 2018Oli SCARFF

"On ne peut plus traîner". Coupable de régulières "décompressions", le Racing 92 a accumulé un retard qu'il doit impérativement combler dès samedi (14h45) face à La Rochelle, sous peine d'absence en phase finale pour la première fois en dix ans.

Avec cinq points de retard à neuf journées de la fin sur le Stade Français, dernier barragiste (6e), la situation comptable du club (8e) est devenue critique. "On est rentrés, par obligation, dans des matches de phase finale", annonçait jeudi Laurent Labit.

"Les joueurs sont conscients de la situation", estime l'entraîneur des arrières qui, avec son binôme Laurent Travers, a "haussé le ton" après le match perdu à domicile face à Toulouse (34-29) mi-février.

Le troisième revers - déjà - de la saison à l'Arena, alors que les Ciel et Blanc n'y avaient jamais perdu l'an passé. Il n'y a pas eu de sursaut ensuite à Castres (18-9), où l'équipe du talonneur Dimitri Szarzewski a concédé la bagatelle de 14 pénalités.

- Parole à la défense -

"Il y a toujours quelque chose qui ne va pas en ce moment: quand ce n'est pas la défense, c'est l'indiscipline", peste le deuxième ligne Boris Palu, qui veut avant tout "remettre les pendules à l'heure en défense, qui nous cause la plupart de nos défaites".

L'urgence est réelle avant le quart de finale européen face à Toulouse le 31 mars. Brillant qualifié pour les quarts de finale de Coupe d'Europe, le Racing paye la jonglerie qu'imposent les deux compétitions, et notamment une certaine "décompression" observée après les matches continentaux, comme à Lyon (défaite 32-11) fin janvier.

Un match "raté", "casé entre la fin de la Champions Cup et la semaine de vacances où bien sûr, inconsciemment, tout le monde se dit qu'on est encore loin du bout, qu'on aura le temps d'aller rattraper les points", estime Labit.

"Le championnat, c'est long. Il y a eu des coupures, des vacances. Des fois on parle de jeu, des fois de points. (...) Un moment, ça finit par fatiguer", avance l'ailier Juan Imhoff. "Dans notre communication interne, peut-être qu'on a un peu trop insisté avec les joueurs sur le fait que le Top 14 est un marathon", ajoute Labit. "Dans les têtes, ça nous a porté préjudice".

- Lambie parti, Carter revient -

Peu épargné par les blessures ces derniers mois (Brice Dulin, Teddy Thomas, Joe Rokocoko, Maxime Machenaud, Bernard Le Roux, Donnacha Ryan, Szarzewski, Camille Chat, Eddy Ben Arous...), le Racing doit aussi se débrouiller pendant les périodes de doublon sans son nouveau maître à jouer, l'Ecossais Finn Russell, recruté pour succéder à Dan Carter, parti au Japon l'été dernier.

Le staff avait pourtant anticipé avec Pat Lambie. Mais le Sud-Africain a décidé de mettre fin à sa carrière en pleine saison par crainte de nouvelles commotions cérébrales. Revoici donc... Carter! A 37 ans, le double champion du monde néo-zélandais revient mi-mars pour une dernière pige dans le club qu'il a mené à un titre de champion de France (2016) et deux finales de Coupe d'Europe.

Autre motif d'espoir, un calendrier favorable, qui envoie les rivaux pour la qualification à l'Arena (La Rochelle, Bordeaux, Stade Français) et le club des Hauts-de-Seine chez tous les mal classés (Grenoble, Pau, Perpignan, Agen). "C'est le meilleur moyen de croire que ça va se faire comme ça", met en garde Labit, qui impose d'abord "de gagner face à des concurrents encore plus directs aujourd'hui" avant "de faire des résultats à l'extérieur".

Le Racing, qui n'a jamais raté la phase finale depuis son retour dans l'élite en 2009, ne panique pas: il a plusieurs fois dû s'employer jusqu'au bout pour accrocher les barrages, comme en 2017 lors d'une saison post-titre chaotique (6e). "On a connu ces situations", confirme Labit. L'expérience, ça compte.

Racing 92 - La Rochelle, samedi (14h45) à Nanterre (Arena)

Arbitre: Jonathan Dufort

Les XV de départ

Racing 92: Dulin - T. Thomas, Vakatawa, Chavancy, Imhoff - (o) Russell, (m) Iribaren - Chouzenoux, Jor. Joseph, Palu - Nakarawa, Bird - Tameifuna, Szarzewksi, Ben Arous

La Rochelle: Murimurivalu - Retière, Doumayrou, Sinzelle, Pi. Boudéhent - (o) Lafage, (m) Balès - Kieft, Vito, Gourdon - Demotte, Sazy - Atonio, Bourgarit, Pelo

Remplaçants

Racing 92: Baubigny, Kakovin, Do. Ryan, Diallo, Gibert, Klemenczak, Volavola, Gomes Sa

La Rochelle: Lagrange, Priso, Levave, Pa. Boudéhent, Kerr-Barlow, West, Aguillon, Puafisi

Vos commentaires