En ce moment
 

Tour de France: AG2R La Mondiale, pour accompagner Bardet le plus haut possible

Tour de France: AG2R La Mondiale, pour accompagner Bardet le plus haut possible
Le Français Romain Bardet, de l'équipe AG2R La Mondiale, à l'entraînement, le 13 juin 2018 près de l'Alpe d'HuezJEAN-PIERRE CLATOT

L'équipe AG2R La Mondiale a été bâtie, avec Alexandre Geniez pour dernier venu, dans le but d'accompagner Romain Bardet le plus haut possible lors du Tour de France qui commencera le 7 juillet.

Geniez, qui a couru le Giro, est l'invité-surprise dans la liste des huit coureurs dévoilée mardi par le patron de l'équipe Vincent Lavenu au siège de l'entreprise qui parraine son groupe. Au bénéfice de sa polyvalence (à la fois grimpeur et rouleur) et de son potentiel attesté par ses deux succès d'étape dans la Vuelta (2013 et 2016) et de 11e place au dernier Tour d'Italie.

"Il a tenu son rang sur le Giro", rappelle le manager. "Après une période de récupération, il a repris l'entraînement et il est prêt à se mettre au service du collectif pour Romain".

Geniez sera précieux en montagne sans être pour autant le premier lieutenant, rôle dévolu à Pierre Latour qui s'est mis en valeur au récent Dauphiné (7e). "Pierre est capable d'aller loin dans la douleur et le sacrifice", estime Lavenu qui n'exclut pas de voir le Drômois s'intéresser au maillot blanc de meilleur jeune "selon "les circonstances".

Mais le but premier de l'équipe est bien d'"assurer un groupe solide autour de Romain Bardet pour l'aider à atteindre la plus haute performance possible". Un nouveau podium après ceux de 2016 (2e) et 2017 (3e) ? "c'est l'objectif", répond Lavenu, "et la plus haute marche possible en fonction de la course".

- "On a titillé la Sky" -

"On ne va pas être les favoris du Tour", souligne-t-il. "On reste humble, les autres aussi travaillent. On peut être les outsiders qui tentent de déstabiliser la course. L'an dernier, on a titillé la Sky même si on ne l'a pas mise en danger. J'espère qu'on trouvera des équipes qui auront les mêmes visées que nous".

Dans une édition du Tour de France qui comporte deux phases distinctes, la plaine avec un contre-la-montre par équipes et une étape redoutée de pavés puis la montagne, l'équipe française a cherché à jouer sur les deux tableaux. Elle a intégré ses deux recrues principales de l'intersaison, le rouleur suisse Silvan Dillier (2e de Paris-Roubaix en avril) et le polyvalent Tony Gallopin à côté des quatre coureurs (Naesen, Domont, Latour, Vuillermoz) déjà présents l'an passé aux côtés de Bardet.

"Romain a franchi un palier cette année", estime Lavenu à propos de son chef de file "charismatique, solide et brillant". "Il a pris de la puissance en montagne, il est encore plus régulier. C'est un leader sûr qui mérite qu'on l'accompagne le mieux possible".

"La sélection n'a pas été simple", de l'aveu du responsable du groupe qui fait état d'une décision collective du staff. Avec, pour conséquence, de désigner trois coureurs comme suppléants, le Suisse Mathias Frank, le Luxembourgeois Ben Gastauer et le Français Cyril Gautier, lequel dispose toutefois d'une mince ouverture à condition de devenir champion de France le 1er juillet. "Sachant qu'il y a très peu entre le huitième, le neuvième et le dixième homme, ce serait bête de se passer d'un champion de France", a prévenu Lavenu.

Vos commentaires