En ce moment
 

Tout ce qui change ce 1er janvier côté ARGENT

Tout ce qui change ce 1er janvier côté ARGENT

Chaque mois, nous compilons la liste des nouveautés qui entrent en vigueur. Et comme traditionnellement, le 1er janvier est le mois qui en compte le plus. Voici ce qui touchera votre portefeuille, mais aussi les pensions et la grande distribution.

Côté argent, vous en gagnerez tous un peu plus grâce au tax shift, mais aussi grâce à une indexation spécifique à certains employés. Par contre, vous paierez certains services et biens plus chers, comme le médecinbpostINGProximus ou la bière. Les indépendants pourront obtenir une dispense de cotisations sociales en cas de difficultés 6 fois plus vite qu'avant. Les professionnels qui louent un bien immobilier pourront y appliquer la TVA. Et enfin, pour régulariser votre argent placé illégalement à l'étranger et ainsi éviter la justice, il faudra payer plus cher.

Pour ce qui est des pensions, elles seront désormais payées le même jour pour tout le monde. Et ceux qui continuent de travailler après 65 ans vont pouvoir conserver leur salaire entier pendant 5 mois au lieu d'un seul en cas d'incapacité de travail.

Et côté commerce, Carrefour, Louis Delhaize, Cora, Match, Smatch et Delitraiteur sont désormais ensemble dans la 2ème plus grande centrale d'achat du pays.



Hausse moyenne des salaires de 26 euros grâce au tax shift

Les salaires nets augmenteront dès le 1er janvier à la suite de l'entrée en vigueur du dernier volet du tax shift. Selon les calculs du ministre des Finances, ils progresseront de 23 à 31 euros en moyenne, en fonction du niveau de salaire brut.

Le tax shift a été introduit par le gouvernement Michel 1er afin d'augmenter, en plusieurs phases étalées sur les années 2016 à 2019, le revenu net pour les travailleurs et dès lors leur pouvoir d'achat, ainsi que de favoriser la création d'emplois par une baisse des cotisations sociales. Une première partie de l'intervention a été ressentie au début 2016, ensuite au début 2018 et finalement au 1er janvier 2019.

Concrètement, avec cette dernière étape du tax shift, le salaire non imposable de chacun a été revu à la hausse et sera désormais uniforme pour tous les contribuables (soit 8.680 euros). Par ailleurs, la tranche d'imposition de 40% a été élargie. En d'autres termes, une plus grande partie des revenus (de 8.120 à 14.330 euros contre 13.940 euros précédemment) est imposée à 40% et l'est moins à 45%.

En moyenne, le salaire net augmentera de près de 27 euros. D'après les calculs du ministre des Finances, Alexander De Croo (Open Vld), une personne avec un salaire minimum de 1.500 euros bruts verra sa paye augmenter de 31 euros tandis qu'un travailleur touchant un salaire de 2.100 euros bruts recevra une augmentation de 25 euros par rapport à 2018. Pour une personne gagnant autour de 3.000 euros bruts, sa rémunération sera augmentée de 23 euros tandis qu'une personne avec un salaire brut de 4.500 euros gagnera 29 euros de plus. Enfin, une personne avec un salaire de plus de 5.500 euros recevra une augmentation de 30 euros.

La dernière mesure fiscale à entrer en vigueur ce 1er janvier dans le cadre du tax shift est la hausse du bonus à l'emploi fiscal, qui passe de 28,03 à 33,14%. Il s'agit de la diminution du précompte professionnel pour les travailleurs ayant un bas salaire qui ont droit à une diminution de leurs cotisations de sécurité sociale personnelles (le bonus à l'emploi social).   > Retour au résumé


Indexation annuelle de 2,16% pour les employés de la CP 200

Les plus de 450.000 employés assujettis à la commission paritaire auxiliaire pour employés (CP 200) bénéficieront d'une augmentation de salaire de 2,16% ce 1er janvier 2019. L'indexation salariale avait atteint 1,83% en janvier 2018, la plus élevée depuis 2013.

En 2017, l'indexation annuelle pour la CP 200 s'était élevée à 1,13%, contre 0,43% en 2016, 0,03% en 2015 et 1,02% en 2014. Elle avait par contre affiché 2,35% en 2013. En 2009, l'indexation des salaires dans la commission paritaire auxiliaire pour employés avait même culminé à 4,51% avant de devenir négative l'année suivante (-0,43%). Toutes les entreprises ne l'avaient toutefois pas répercuté sur les salaires de leur personnel.

Mais cette CP n'est pas la seule à connaitre une augmentation. Beaucoup d'autres employés sont concernés. Découvrez si vous en faites partie.

   > Retour au résumé


Les consultations chez le généraliste augmentent de 3%

Les honoraires pour une consultation chez le médecin, une visite à domicile ou le dossier médical global (DMG) augmentent de 3,33% à partir de janvier. Le ticket-modérateur ne suit pas la même tendance car la part remboursée par le gouvernement augmente également.

Les honoraires pour une consultation classique progressent de 3,3%, passant de 25,4 à 26,3 euros en 2019, mais cette hausse ne sera donc pas ressentie par le patient. Une consultation à domicile augmente elle de 1,25 euros, à 38,9 euros, une hausse pas entièrement compensée par la mutualité. Le patient paiera donc quelques centimes de plus qu'en 2018. Pour un dossier médical global (DMG), les frais s'élèveront dès janvier à 31 euros au lieu de 30, et à 56,8 au lieu de 55 euros pour les patients atteints de maladies chroniques. Le remboursement suivra également la même hausse. Aucune indexation n'est prévue pour les chirurgiens en 2019, ni pour une partie des prestations techniques. D'autres prestations sont indexées de 1,45%.   > Retour au résumé


Bpost augmente ses tarifs lettres et colis

Bpost augmentera, dès le 1er janvier 2019, ses tarifs pour les lettres et colis standard pour les particuliers et les petits professionnels. Cette hausse sera de 7,44% en moyenne.

Ces tarifs marquent le retour aux timbres "prior", avec distribution du courrier le jour ouvrable suivant, et "non-prior", avec distribution dans les trois jours ouvrables maximum. L'entreprise postale précise que le timbre-poste prior coûtera 1 euro pièce (0,97 euro si on les achète par 10) et le non-prior 0,95 euro pièce (0,92 euro par 10). Ces nouveaux timbres seront en vente à partir du 1er janvier 2019. Bpost annonce que le tarif d'affranchissement d'un envoi normalisé expédié en Europe passera à 1,40 euro à l'achat de minimum cinq timbres-poste et à 1,46 euro pour un achat à l'unité. Pour les envois expédiés hors Europe, le tarif international s'élèvera à 1,62 euro à partir de cinq timbres-poste et à 1,68 euro à l'unité.   > Retour au résumé


Les clients ING paieront pour retirer de l'argent dans un distributeur d'un autre réseau

Les titulaires d'un compte à vue gratuit ING Lion Account devront payer, à partir de 2019, 0,5 euro s'ils retirent de l'argent dans un distributeur autre que ceux du réseau ING en Belgique ou s'ils font un retrait dans la zone euro.   > Retour au résumé


Proximus revoit ses tarifs à la hausse

Proximus va augmenter plusieurs de ses prix à partir du 1er janvier, a annoncé l'opérateur télécoms mercredi dans un communiqué de presse. Les forfaits populaires comme Tuttimus et Familus deviennent plus chers, tout comme les packs optionnels sport et certaines autres formules d'abonnement.

Dominique Leroy, la CEO de Proximus, avait promis en janvier de ne pas augmenter le prix des packs dans le courant de l'année. Un engagement qu'elle aura effectivement tenu, mais les tarifs partiront à la hausse dès le 1er janvier de l'année prochaine. En moyenne, les produits Proximus deviendront deux euros plus onéreux par mois. L'option football belge augmente ainsi de 7,95 euros par mois à 9,95 euros par mois.   > Retour au résumé


Légère augmentation du prix de la bière

Le prix de la plupart des bières du géant brassicole AB InBev augmentera légèrement à partir du 1er janvier. Alken-Maes prévoit également une augmentation des tarifs. La grande distribution et le secteur Horeca devront décider de répercuter ou non cette hausse auprès des consommateurs.

AB InBev - qui détient entre autres Stella Artois, Jupiler, Leffe, Hoegaarden, Belle-Vue et Corona - a confirmé fin novembre une "légère hausse de prix". Une porte-parole a évoqué une hausse de 0,016 euro par verre de bière pour le consommateur et de 0,015 euro en moyenne dans les magasins. Cette décision s'explique notamment par la hausse du prix des céréales, à cause de la sécheresse, et d'autres matières premières. La brasserie Haacht pourrait également augmenter ses prix en 2019 mais aucune décision n'a encore été prise.  > Retour au résumé


Indépendants: procédure simplifiée pour demander une dispense des cotisations sociales

À compter du 1er janvier 2019, une nouvelle procédure est d'application pour les indépendants qui souhaitent introduire une demande de dispense de cotisations sociales en raison de difficultés économiques ou financières. Le nouveau système, simplifié, leur permettra d'obtenir une réponse endéans le mois, contre six mois auparavant.

Les travailleurs indépendants qui se trouvent "dans le besoin" ou "dans une situation voisine de l'état de besoin" peuvent s'adresser à la Commission des dispenses de cotisations auprès du SPF Sécurité sociale afin d'obtenir la dispense totale ou partielle de leurs cotisations sociales. En plus d'une réduction du délai et d'une clarification des critères afin de mieux tenir compte des difficultés économiques et financières que peuvent rencontrer les indépendants, ceux-ci disposeront dorénavant d'un droit de recours sur le fond devant une commission de recours. Le formulaire de dispense peut être téléchargé directement sur le site de l'Institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants (Inasti).   > Retour au résumé


La TVA pourra s'appliquer à la location immobilière

La réforme de la TVA en matière de location immobilière entrera en vigueur le 1er janvier 2019. Le bailleur et le locataire pourront désormais choisir d'appliquer le régime TVA en cas de location immobilière professionnelle.

S'ils font ce choix, le bailleur devra calculer la TVA sur le loyer et pourra porter en déduction les travaux de construction et de rénovation en profondeur. De son côté, le locataire pourra également porter en déduction la TVA, de sorte que la mesure sera financièrement neutre pour lui. Ce régime TVA optionnel est uniquement d'application pour les nouvelles constructions ou les rénovations importantes de bâtiments existants.   > Retour au résumé


Régulariser de l'argent noir coûtera plus cher

Le taux des amendes liées aux régularisations fiscales augmentera à partir du 1er janvier, pour passer de 23 à 24%.

En ce qui concerne les capitaux fiscalement prescrits, le taux, qui est à 38%, sera de 39% dès 2019. Ce taux augmente de 1% chaque année jusqu'en 2020. Grâce à l'échange international d'informations financières développé par l'OCDE, le fisc en sait désormais bien davantage sur l'argent détenu par des Belges à l'étranger. Les détenteurs d'un compte non déclaré ont donc tout intérêt à entreprendre une régularisation fiscale, moyennant le paiement d'une amende, sous peine de poursuites pénales.   > Retour au résumé


Toutes les pensions seront payées le même jour, peu importe le régime

À partir du 1er janvier 2019, le pensionné recevra à une même date l'ensemble de ses pensions, quel que soit son régime (fonctionnaire, salarié, indépendant).

Jusqu'ici, les pensions des travailleurs salariés et indépendants connaissaient trois dates de paiement mensuel et une date de paiement annuel alors que les pensions des fonctionnaires ont trois autres dates de paiement mensuel ainsi que des dates de paiement trimestriel. Il peut donc arriver qu'un pensionné reçoive sa pension en plusieurs tranches sur un mois, sans compter le paiement en janvier des pensions des fonctionnaires de décembre, auquel la loi met fin. Dès 2019, un paiement unique par titulaire sera d'application.

Par ailleurs, les pensions à terme échu (payées à la fin du mois) seront dorénavant payées en décembre et plus en janvier comme c'était le cas jusqu'à présent. Cette mesure sera d'application dès la pension du mois de décembre 2018, a indiqué à Belga le cabinet du ministre compétent, Daniel Bacquelaine (MR).   > Retour au résumé


Cinq mois d'indemnités d'incapacité de travail pour les travailleurs de plus de 65 ans

À partir du 1er janvier 2019, les travailleurs de plus de 65 ans auront droit à des indemnités d'incapacité de travail pendant une période de cinq mois suivant la période de salaire garanti. En outre, cette période sera prise en compte pour la constitution des droits de pension.

Jusqu'à présent, quand un travailleur de plus de 65 ans tombe malade, son employeur continue à lui verser sa paye pendant la période de salaire garanti, qui est d'un mois. Lorsque l'incapacité de travail se poursuit au-delà de cette période, il n'a alors pas d'autre choix que de partir à la retraite s'il veut conserver un revenu. La mesure entend soutenir les travailleurs qui font le choix de poursuivre une activité professionnelle après 65 ans. Quelque 3.479 travailleurs de plus de 65 ans travaillent encore comme salariés, selon les chiffres communiqués par le cabinet du ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR).   > Retour au résumé


Carrefour, Louis Delhaize, Cora et Match forment une nouvelle alliance d'achat

Le groupe Carrefour Belgique s'allie avec la centrale d'achat Provera Belux, qui représente les enseignes de grande distribution Cora, Louis Delhaize, Match, Smatch et Delitraiteur, pour acheter des produits en commun tant en Belgique qu'au Luxembourg. Cette alliance fait de Carrefour Belgique la deuxième plus grande centrale d'achat du pays.

Concrètement, à compter du 1er janvier 2019, les responsables des achats de Carrefour Belgique mèneront les négociations avec les 140 principaux fournisseurs, essentiellement issus des secteurs des produits de grande consommation et du bazar. Le partenariat concerne les quelque 800 magasins de Carrefour Belgique (Hypermarchés Carrefour, Carrefour Market, Carrefour Express et Drive) ainsi que les 600 commerces et points de vente belges et luxembourgeois des marques adhérentes à Provera.

Cette collaboration permet aux deux entreprises d'acheter de plus grandes quantités de produits, ce qui a pour effet corollaire de faire baisser leur prix à l'unité. Les fournisseurs peuvent, de leur côté, bénéficier d'une gamme de produits plus étendue, voyant davantage d'entre eux apparaître dans plus de magasins. Toutes les enseignes concernées restent cependant indépendantes stratégiquement et conservent leur propre dynamique commerciale, assurent les entreprises.   > Retour au résumé

Vos commentaires