En ce moment
 

Toyota et SoftBank s'allient dans les nouveaux services de mobilité

Toyota et SoftBank s'allient dans les nouveaux services de mobilité
Le patron du groupe SoftBank Masayoshi Son (g) et celui de Toyota Motor, Akio Toyoda, échangent une poignée de mains à Tokyo, le 4 octobre 2018Kazuhiro NOGI

Le géant automobile japonais Toyota a annoncé jeudi un projet de formation d'une coentreprise avec son compatriote du secteur des télécommunications SoftBank Group afin d'accélérer le développement de nouveaux services de mobilité, avec en ligne de mire la voiture autonome.

Les partenariats entre constructeurs traditionnels et entreprises des technologies de l'information se multiplient dans la course à la voiture du futur, qu'ils prédisent électrique, connectée, sans chauffeur et partagée.

Cette compagnie, baptisée MONET (pour "mobility network"), doit voir le jour d'ici avril 2019, fin de l'année budgétaire. Elle sera détenue à 50,25% par SoftBank et à 49,75% par Toyota, a indiqué lors d'une conférence de presse à Tokyo Junichi Miyakawa, un responsable de SoftBank qui va en prendre la direction.

"Au Japon, il n'est pas facile de tester des voitures autonomes sur les routes publiques", a souligné M. Miyakawa, évoquant les nombreuses contraintes réglementaires. "Mais nous voulons contribuer à créer" les conditions pour que de tels véhicules deviennent réalité "en introduisant des services de mobilité à la demande", a-t-il ajouté.

Dans un premier temps, MONET prévoit de permettre à des agences publiques et compagnies privées de commander des véhicules via une application mobile. A plus long terme, ce type de services pourra être mis à disposition des personnes âgées qui habitent dans des zones reculées, sans accès aux transports publics.

"Dans le domaine de la conduite autonome, le Japon semble dépassé si on regarde les Etats-Unis, l'Europe ou la Chine", a regretté M. Miyakawa. "Les constructeurs automobiles ne peuvent pas tout faire, donc nous devons travailler ensemble. Nous ne voulons pas baisser les bras, nous pouvons rattraper notre retard", a-t-il insisté.

Vos commentaires