En ce moment
 
 

Trump: les négociations commerciales avec la Chine vont reprendre "très prochainement"

Le président américain Donald Trump a annoncé lundi que les États-Unis allaient reprendre "très prochainement" leurs négociations commerciales avec la Chine, malgré une nouvelle escalade des tensions ces derniers jours entre les deux géants économiques.

"La Chine a appelé la nuit dernière (..) Elle a dit +revenons à la table des négociations+, alors on va y revenir", a-t-il déclaré en marge du sommet du G7 à Biarritz, dans le sud-ouest de la France.

"On va commencer très prochainement à négocier. Je pense qu'on va trouver un accord", a ajouté le locataire de la Maison Blanche.

"Nous avons reçu deux appels, deux très très bons appels", a-t-il raconté. "Ils veulent un accord", a assuré le président américain en faisant l'éloge au passage de son homologue chinois Xi Jinping. "C'est un grand leader (...) Il comprend (les enjeux, ndlr). Cela va être géant pour la Chine, géant pour les États-Unis, géant pour le monde", a-t-il promis.

Le principal négociateur de Pékin s'est dit prêt lundi à poursuivre les consultations avec Washington afin de parvenir à un accord commercial, selon des propos rapportés par la presse financière.

"Nous sommes prêts à résoudre calmement le problème par des consultations et la coopération (...) Nous sommes résolument opposés à l'escalade de la guerre commerciale", a déclaré le vice-Premier ministre Liu He, selon un compte-rendu du magazine Caixin.

La guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales a pris un tour encore plus vif vendredi, la Chine annonçant qu'elle allait relever ses droits de douane sur des produits américains représentant 75 milliards de dollars d'importations annuelles.

Washington a répliqué immédiatement en annonçant des hausses plus fortes que prévu des droits de douane supplémentaires sur les produits chinois, qui doivent entrer en vigueur en septembre puis en décembre.

Cette escalade affole les autres grandes puissances économiques, qui s'inquiètent des risques de récession en Europe et aux Etats-Unis.

Vos commentaires