En ce moment
 
 

Un Japonais, gérant supposé d'un site pirate de manga, arrêté aux Philippines

Un Japonais, gérant supposé d'un site pirate de manga, arrêté aux Philippines
Des livres de manga "One piece" lors du salon du livre au parc des expositions à Paris le 18 mars 2019JOEL SAGET

Un Japonais suspecté d'être le gérant d'une gigantesque librairie virtuelle de mangas, devenue le cauchemar des dessinateurs et éditeurs nippons, a été arrêté aux Philippines, ont annoncé mardi les autorités locales.

Romi Hoshino, 28 ans, a été interpellé dimanche à l'aéroport international de Manille en collaboration avec la section Interpol japonaise. Il est accusé de violation de droits d'auteur, ont précisé les services de l'immigration des Philippines dans un communiqué.

M. Hoshino est suspecté d'être l'homme qui pilotait le site "Manga Mura" où les amateurs de bandes dessinées japonaises pouvaient se procurer gratuitement à peu près tous les titres qu'ils souhaitaient, quasiment immédiatement après publication, selon une présentation digne de grands sites commerciaux.

"Manga Mura", fréquenté par environ 100 millions d'utilisateurs par mois, a créé un tort considérable au secteur qui a durement souffert durant les quelques mois d'existence du site pirate. D'autant que les créateurs ont de plus en plus de mal à vendre leurs ouvrages ces dernières années.

Le préjudice est estimé à près de 320 milliards de yens (2,6 milliards d'euros) entre septembre 2017 et février 2018, selon une responsable de l'Association de la distribution des contenus japonais à l'étranger (CODA), contactée par l'AFP à Tokyo.

"Manga Mura était un énorme problème, au point que le gouvernement avait créé un groupe de travail pour étudier les mesures à prendre, envisageant même d'en bloquer l'accès", a expliqué cette même interlocutrice.

Le site, sous les projecteurs, a fermé de lui-même en avril 2018 et l'enquête pour en retrouver le gérant se poursuivait depuis.

L'Association des dessinateurs de manga japonais n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat.

Le Japon va engager les procédures nécessaires en vue de l'extradition de M. Hoshino, qui possède aussi des passeports allemand et israélien, ont indiqué les autorités philippines.

Vos commentaires