En ce moment
 
 

Rouen: Une usine Seveso seuil haut "mise à l'arrêt" après un incident électrique

Rouen: Une usine Seveso seuil haut
Usine Borealis près de Rouen, le 1er octobre 2019Lou BENOIST

Une usine chimique, classée Seveso seuil haut à Grand-Quevilly, près de Rouen, a été "mise à l'arrêt" mardi matin en raison d'un incident électrique, sans qu'il n'y ait eu d'incendie et "sans risque de dégénérescence de la situation".

"L'usine Borealis (production d'engrais) (...) a déclenché son POI (Plan d'Organisation Interne) à la suite d'une perte d'alimentation électrique qui nécessite sa mise à l'arrêt pour mise en sécurité de l'installation", a indiqué la préfecture de Seine-Maritime dans un communiqué, cinq jours après l'accident de l'usine chimique Lubrizol à Rouen.

"Ce n'était pas un incendie, mais une perte d'alimentation sur un gros poste électrique. Les pompiers sont là pour sécuriser s'il y a des difficultés avec le groupe électrogène", a déclaré à l'AFP Benoît Lemaire, directeur de cabinet du préfet de Seine-Maritime.

Une représentante CGT avait indiqué dans un premier temps qu'il y avait eu un incendie. Plus tard dans la matinée, Christine Poupin a expliqué qu'"un rat s'était collé sur les barres du transformateur" provoquant "une coupure d'électricité et un court-circuit".

"Les postes électriques sont très vétustes. Il y a déjà eu plusieurs alertes du CHSCT sur cette question", a-t-elle dit.

L'usine Borealis est située à environ quatre km au sud-est de l'usine Lubrizol, où un spectaculaire incendie a eu lieu jeudi matin, déclenchant un important nuage de fumée noire, aux conséquences sanitaires et environnementales qui inquiètent habitants et agriculteurs.

L'usine de Borealis de Grand-Quevilly, situé dans la zone portuaire de Rouen, "est le plus grand site de production de Borealis Chimie" et "produit des fertilisants pour l’agriculture ainsi que des solutions pour réduire les émissions polluantes des industries et des transports routiers".

Vos commentaires