En ce moment
 

USA: des survivants de la fusillade de Parkland vont publier un livre

USA: des survivants de la fusillade de Parkland vont publier un livre
David Hogg, l'un des survivants de la tuerie de Parkland, s'exprime devant les manifestants de la "March For Our Lives" le 24 mars à WashingtonJIM WATSON

Un frère et une soeur ayant survécu à une fusillade dans un lycée de Floride en février vont publier un livre sur la campagne contre les armes à feu aux Etats-Unis, a annoncé la maison d'édition Penguin Random House.

David et Lauren Hogg sont deux des jeunes militants les plus fervents et les plus médiatisés de cette cause à la suite de la fusillade qui s'est produite le jour de la Saint-Valentin. Dix-sept personnes, dont quatorze lycéens, ont été tuées au lycée Marjory Stoneman Douglas, à Parkland, par un ancien élève armé d'un fusil semi-automatique.

Le livre, intitulé "#NeverAgain" ("#PlusJamais"), doit sortir le 5 juin.

David, 18 ans, et Lauren, 14 ans ont lancé le mouvement #NeverAgain avec des camarades. Un appel de ce mouvement à manifester contre les armes à feu a été suivi par plus de 1,5 million de personnes le 24 mars dans plusieurs centaines de villes aux Etats-Unis.

"Lauren et moi utiliserons l'argent généré par le livre pour aider à panser les plaies de la communauté", a tweeté mercredi l'adolescent.

Pendant l'assaut, David Hogg s'était réfugié dans un placard avec d'autres élèves. Cet aspirant journaliste avait défié sa peur en utilisant son téléphone pour interviewer certains d'entre eux, une vidéo qui a fait le tour d'internet.

Comme d'autres figures du mouvement, l'adolescent a été invectivé et harcelé sur internet par la droite dure américaine et des défenseurs du président Donald Trump, qui estime que l'adolescent est manipulé par l'opposition démocrate.

Il a même été visé par des théories du complot qui ont fait de lui un "acteur de crise", payé pour diffuser des idées de gauche.

Une célèbre éditorialiste ultra-conservatrice américaine, qui l'avait critiqué, a dû s'excuser après avoir été visée par des appels au boycottage.

Vos commentaires