En ce moment
 
 

USA: FedEx poursuit le département du Commerce pour sa politique de sanctions commerciales

(Belga) Le coursier américain FedEx a annoncé lundi le dépôt d'une plainte contre le département américain du Commerce, accusé de faire porter un "fardeau impossible" aux sociétés de livraison par ses sanctions commerciales notamment sur des produits chinois, en pleine nouvelle "affaire" Huawei.

Concrètement, FedEx affirme que la régulation actuellement en vigueur l'oblige à certifier que les paquets qu'elle livre à travers le monde respectent la politique américaine de sanctions commerciales notamment envers la Chine, actuellement dans le viseur de l'administration Trump. Or la situation actuelle "fait porter un fardeau impossible" à l'entreprise, affirme FedEx dans un communiqué. Le groupe affirme risquer de très lourdes amendes en cas d'erreur dans la certification des produits, alors qu'il est parfois dans l'incapacité opérationnelle de vérifier l'ensemble des 15 millions de colis qui transitent par l'entreprise chaque jour. "En l'état, la régulation actuelle du département du Commerce attend de nous que l'on soit des policiers sur le contrôle des importations et des exportations", a affirmé le PDG de l'entreprise, Fred Smith, interrogé lundi sur la chaîne de télévision américaine Fox News. Le patron de FedEx a rappelé que 1.100 "entités" sont concernées par les mesures de l'administration américaine, "dont cinq ajoutées vendredi dernier". La plainte de FedEx est venue clore une journée noire pour le groupe américain: pour la deuxième fois en moins d'un mois, le coursier a été montré du doigt lundi par Pékin à la suite d'un incident impliquant Huawei, le géant chinois des télécoms au coeur du bras de fer entre la Chine et les Etats-Unis. FedEx avait refusé d'acheminer aux Etats-Unis un colis contenant un smartphone de la marque chinoise. Le groupe s'est excusé lundi à la suite des plaintes de la Chine. La plainte de FedEx contre le département du Commerce appelle l'administration américaine à ne plus faire porter la responsabilité de ses interdictions de certains produits sur les sociétés de livraison elles-mêmes, alors que celles-ci ignorent parfois le contenu même de ces livraisons, a affirmé FedEx. (Belga)

Vos commentaires