En ce moment
 

USA: La révélation d'évasion fiscale concernant Trump précipite l'ouverture d'une enquête

(Belga) Le service des impôts de l'Etat de New York a ouvert une enquête mardi après la publication d'informations selon lesquelles Donald Trump aurait reçu au total plus de 400 millions de dollars de ses parents, en partie grâce à des manoeuvres d'évasion fiscale. Le New York Times a publié des révélations détaillées sur des arrangements fiscaux "douteux" se basant sur des centaines de milliers de documents financiers relatifs à l'empire du père de Donald Trump.

"Il est triste d'assister aux attaques fallacieuses d'un New York Times défaillant", a réagi la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders. "Il y a plusieurs décennies, le Fisc a examiné et approuvé ces transactions", a-t-elle ajouté. Un avocat de M. Trump, Charles Harder, cité par le journal, a également qualifié de "100% fausses" les allégations de fraude et d'évasion fiscale. Une enquête du quotidien a révélé mardi que le président américain Donald Trump, qui se décrit comme milliardaire autodidacte, a surtout largement bénéficié de la fortune de son père, grâce à d'ingénieux systèmes d'évasion fiscale dans les années 90. Il aurait reçu l'équivalent de 413 millions de dollars en valeur actuelle (357 millions d'euros). "La plupart de cet argent revenait à M. Trump car il aidait ses parents à échapper à l'impôt", révèlent les journalistes. M. Trump aurait facilité des déductions fiscales indues valant des millions de dollars et aurait aussi contribué à établir une stratégie pour sous-évaluer la fortune immobilière de ses parents, par centaines de milliers de dollars, à l'heure d'hériter. Le NYT observe que les services fiscaux américains ont opposé peu de résistance. L'enquête porte sur des dizaines de milliers de documents confidentiels tels que des relevés bancaires, des audits financiers, livres de comptabilité et factures, mais aussi 200 déclarations d'impôts de Fred Trump, ses sociétés et divers partenariats et fonds. Les journalistes n'ont toutefois pas eu accès aux déclarations fiscales du président lui-même, qui a toujours refusé de les divulguer, contrairement à ses prédécesseurs. Les semaines précédant la publication de l'article, le président a été sollicité à plusieurs reprises pour commenter l'enquête, ce qu'il a refusé de faire. Un de ses avocats, Charles Harder, cité par le journal, a néanmoins qualifié de "100% fausses" et "diffamatoires" les allégations de fraude et évasion fiscale. "Il n'y a pas eu d'évasion fiscale ou de fraude par qui que ce soit", a-t-il assuré. (Belga)

Vos commentaires