USA: retrait d'un jeu avec un tireur dans une école

USA: retrait d'un jeu avec un tireur dans une école
Un mémorial improvisé, photographié le 14 mars 2018, pour rendre hommage aux victimes de la tuerie du lycée de Parkland en Floride RHONA WISE
education, Internet

Un distributeur américain de jeux vidéo a annoncé mardi soir retirer de son catalogue un jeu simulant une fusillade en milieu scolaire, après un vif émoi dans un contexte de récentes tueries dans des lycées.

"Active Shooter" devait être lancé le 6 juin, selon sa page de présentation sur la plateforme de jeux vidéo Steam, propriété de la société Valve Corporation.

"Nous avons retiré le développeur Revived Games et l'éditeur ACID de Steam", a indiqué Valve dans un communiqué transmis à plusieurs médias, en référence aux concepteurs de "Active Shooter".

Le jeu, qui devait être vendu de 5 à 10 dollars, propose aux joueurs d'endosser le rôle soit du tireur, soit des policiers d'intervention.

Le distributeur Valve faisait face à une virulente campagne menée notamment par des familles et amis d'élèves tués par balle dans leur lycée aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis enregistrent en moyenne une fusillade en milieu scolaire par semaine. Deux récentes ont particulièrement choqué le pays.

Le 14 février, un jeune homme de 19 ans a tué 17 personnes dans un lycée de Parkland, en Floride.

Un élève de 17 ans, muni des armes de son père, a lui tué le 18 mai 10 personnes dans son lycée à Santa Fe, au Texas.

Près de 200.000 personnes ont signé une pétition sur le site change.org pour exiger que Valve Corporation renonce à sortir "Active Shooter".

Le retrait du jeu "est une excellente nouvelle", a réagi Fred Guttenberg, le père d'une adolescente tuée à Parkland.

Emma Gonzalez, David Hogg ou encore Jaclyn Corin, des jeunes rescapés de la fusillade de Parkland, avaient également appuyé la campagne contre "Active Shooter".

Tout juste sortis de l'adolescence, ils sont devenus des militants très en vue d'un mouvement national appelant à un durcissement de la législation sur les armes aux Etats-Unis.

Vos commentaires