En ce moment
 

Vélib' : 699 stations opérationnelles selon Smovengo

Vélib' : 699 stations opérationnelles selon Smovengo
Une des stations Vélib' du groupement Smovengo, le 12 janvier 201 à Alfortville (Val-de-Marne)Lionel BONAVENTURE

Un total de 699 stations de Vélib' et quelque 7.000 vélos étaient en service vendredi à Paris, a assuré le groupement Smovengo en réaffirmant son objectif de 800 stations opérationnelles fin juin.

Le directeur général du groupement, Jorge Azevedo, a affirmé devant la presse qu'un "plan de redémarrage" du dispositif de vélo en libre-partage, à la peine depuis des mois, venait de commencer alors qu'un "plan d'urgence" était "achevé".

Aujourd'hui, 699 stations "sont en service, dont 369, soit plus de 50%, électrifiées", selon le dirigeant qui a précisé que quelque 7.000 vélos étaient en circulation et que le nombre de trajets - 12.000 par jour - "repart à la hausse".

Le "plan d'urgence", la phase 1 d'un plan pour sortir de la crise, est "achevée", selon Smovengo. Il s'agissait de retirer quelque 3.000 vélos bloqués dans les stations pour cause de batteries défaillantes, tout en arrêtant d'équiper les stations de ces batteries, sources de bugs, au lieu de les raccorder au réseau électrique.

La deuxième étape consistera à électrifier les stations, "notre priorité", a insisté le dirigeant en réaffirmant l'objectif "d'ouvrir 800 stations au plus tard fin juin dont 80% électrifiées".

Pour corriger les multiples bugs dont se plaignaient les clients, le système a été "simplifié", avec le retrait des vélos électriques et du "Park+" qui permet de garer son vélo dans une station déjà pleine, trop complexes. Mais ils reviendront "dans quelques semaines", selon Smovengo.

"Une phase de redéploiement" commencera alors début juillet, avec un calendrier à redéfinir.

M. Azevedo a également indiqué que le groupement - Smoove, une PME de Montpellier; Mobivia (Norauto, Midas); l'espagnol Moventia et les parkings Indigo - était bien signataire du contrat avec le Syndicat Autolib'Vélib' Metropole, et donc solidaire, contrairement à des informations de presse affirmant que la seule petite PME était en contrat.

Il a par ailleurs affirmé que le mouvement de grève actuel avait une "incidence mais pas d'impact direct et mesurable" sur le déploiement du service.

Un groupe de salariés s'était rassemblé devant le lieu de la conférence de presse pour réaffirmer la poursuite de leur grève pour des hausses de salaires.

Le dispositif connaît de larges ratés depuis le début, ayant amené les élus à demander "un plan détaillé de sortie de crise".

L'objectif initial de déploiement était de 700 stations au 1er janvier et de 1.400 fin mars à Paris et les 60 communes adhérentes de la métropole.

Vos commentaires