En ce moment
 

Voile: Damien, mythique bateau de l'aventure, restauré corps et âme

Voile: Damien, mythique bateau de l'aventure, restauré corps et âme
Des visiteurs passionnés découvrent "Damien", le monocoque légendaire, en restauration, le 27 septembre 2018 à La RochelleXAVIER LEOTY

Il a draîné des générations vers le large, appartient à la légende de la voile, a été classé monument historique. "Damien", monocoque en bois de 10m sur lequel deux étudiants firent le tour du monde en 1969, est sur le point de reprendre la mer, grâce à une restauration présentée au Grand Pavois de La Rochelle.

En mai 1969, deux étudiants allumés de 22 et 23 ans, dont l'un n'avait jamais mis le pied sur un bateau, Gérard Janichon et Jérôme Ponçet, se lancent de La Rochelle dans un tour du monde de plus de 55.000 milles (102.000 km), vieux rêve de liberté de deux potes d'école. Le duo traverse tous les océans à bord du monocoque, conçu exprès pour ce périple. Ils rejoignent leur point de départ en 1973.

"On était jeunes, pas très crédibles, mais on devait avoir une foi convaincante qui fait qu'on a été aidés par des tas de gens", se souvient pour l'AFP Gérard Janichon. "Non dans un +esprit sponsor+, mais pour aider des jeunes à s'accomplir à travers un voyage initiatique, pour montrer que tout est possible".

De fait, l'épopée de Damien, le livre qu'en tira Janichon ("Damien: du Spitzberg au Cap Horn") a entraîné des milliers de gens vers la voile. Comme à la même époque la légendaire "Longue route" du navigateur Bernard Moitessier.

A son retour en 1973, Damien est vendu à plusieurs reprises, tombe dans l'oubli, jusqu'à ce qu'un entrepreneur rochelais n'alerte la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) au début des années 2000. L'épave croupissait sur un parking depuis des années, éventrée, noire de pourriture et n'avait plus de gréement.

-- "Un bon karma"--

Il est classé monument historique en 2002, mais il faudra 10 ans pour constituer le comité porté à son chevet, comprenant l'association des Amis du musée maritime de La Rochelle (AMMLR), les organisateurs du salon Grand pavois, la Drac de Nouvelle-Aquitaine, la mairie de La Rochelle, et une foule de professionnels du nautisme rochelais.

Objectif: "sauver Damien", comme fut sauvé le ketch Joshua de Moitessier, restauré et lui aussi classé (en 1993). Et qui navigue désormais 150 jours par an, pour des mini-croisières, des rassemblements nautiques.

"On doit encore trouver 70.000 euros pour boucler le budget de la restauration, 350.000 euros. On fait appel à toutes les bonnes volontés", explique à l'AFP Marie Guélain, présidente de l'AMMLR.

En six ans, les Amis du musée --qui ont déjà restauré plus de 80 bateaux par le passé-- ont consacré près de 30.000 heures à démonter, nettoyer, remonter ce qui pouvait être sauvé de Damien: hublots, poulies, mains courantes, visibles au Grand Pavois. Bien qu'en bois, Damien était aussi "précurseur de la voile légère qu'on connaît aujourd'hui avec les bateaux en matériau composite", rappelle Philippe Tijou, chargé de mission Patrimoine maritime à la Drac Nouvelle-Aquitaine.

Parmi les "bonnes volontés", la filière nautique rochelaise figure en bonne place --l'un de ses professionnels vient de confirmer qu'il fournira le mât. Perpétuant l'esprit de bienveillance qui a toujours entouré Damien. "Ce bateau a un bon karma", résume Philippe Tijou.

Déjà pour sa construction, en 1968, des chantiers navals rochelais avaient fait des dons pour aider les explorateurs en herbe. Le duo avait pu faire fabriquer la coque, mais avait ensuite dû s'en remettre à de la récupération. "Le mât d'origine était trop lourd, le moteur aussi. C'est pour ça que Damien s'est retourné cinq fois...".

Si tout va bien, Damien devrait être présenté au Grand Pavois 2019, à flot et entièrement restauré.

Janichon, 72 ans, est "forcément" heureux de cette "chance pour le bateau d'avoir une seconde vie. La possibilité de transmettre l'esprit dans lequel on l'a fait. On n'a jamais cherché des records, mais on a cherché un accomplissement de vie. C'est ce qui reste de notre aventure".

Vos commentaires