En ce moment
 

Voluntis, éditeur de logiciels médicaux, prépare son introduction en Bourse

Voluntis, éditeur de logiciels médicaux, prépare son introduction en Bourse
L'introduction en Bourse est envisagée au premier semestre 2018OLIVIER MORIN
pharmacie, INFORMATIQUE

La société Voluntis, spécialisée dans les logiciels thérapeutiques, a annoncé mercredi le lancement de son projet d'introduction en Bourse sur Euronext Paris, avec l'enregistrement de son document de base par l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Voluntis explique, dans un communiqué, que son entrée en Bourse vise à financer l'accélération de la commercialisation de ses produits dans le diabète et la finalisation du développement et de la commercialisation de ses produits en oncologie.

La société veut aussi étendre son portefeuille de logiciels dans de nouvelles aires thérapeutiques, à partir de sa plateforme Theraxium.

L'introduction en Bourse est envisagée au premier semestre 2018, selon le document de base. La trésorerie dégagée par cette opération "doit permettre de couvrir les besoins de trésorerie à moyen terme du groupe", précise le document.

Voluntis développe des logiciels qui "personnalisent le traitement et accompagnent le patient dans la gestion de sa maladie au quotidien".

Dans le diabète, Voluntis a mis au point deux logiciels, Insulia et Diabeo, pour les patients traités par insuline. Le lancement commercial de ces deux produits est en cours.

La société développe d'autre part des logiciels dans le traitement de cancers, en partenariat avec des groupes pharmaceutiques (Zemy dans le cancer du sein, eCO dans le cancer de l'ovaire), qui font l'objet d'essais cliniques.

Fondée en 2001, Voluntis emploie 120 personnes à Paris et Boston.

Depuis sa création en 2001, le groupe a enregistré des pertes opérationnelles, résultant notamment des frais de recherche, des coûts de développement et des dépenses de vente et marketing engagées.

A la fin 2017, le cumul des pertes nettes s'élevait à 37,4 millions d'euros, a indiqué l'entreprise dans son document de base.

Toujours à la fin 2017, la société disposait d'une trésorerie de 1,8 million d'euros, pour une consommation nette de trésorerie qui était de 7,3 millions d'euros sur l'exercice 2017.

Les résultats 2017, présentés dans le document de base, font ressortir une perte nette de 10 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 7,3 millions d'euros (paiements initiaux, revenus de licences, services). Les charges opérationnelles ont pesé 18 millions d'euros, dont 10,4 millions pour les charges de personnel.

Vos commentaires