Wall Street, aidée par General Electric, rebondit à l'ouverture

Wall Street, aidée par General Electric, rebondit à l'ouverture
La bourse de New York ouvrait en hausse le 26 juin 2018Drew Angerer

A découvrir

Wall Street montait mardi à l'ouverture, saluant les dernières initiatives stratégiques de General Electric et reléguant au second plan une certaine confusion de l'administration Trump à l'égard des investissements chinois aux Etats-Unis.

Vers 13H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, avançait de 0,11% à 24.279,51 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, prenait 0,50% à 7.569,92 points.

L'indice élargi S&P 500 gagnait 0,21% à 2.722,67 points.

La Bourse de New York avait lundi été une nouvelle fois rattrapée par la bataille commerciale engagée par les Etats-Unis contre ses principaux partenaires, dont les investisseurs redoutent de plus en plus les conséquences sur les entreprises américaines: le Dow Jones avait perdu 1,33% et le Nasdaq 2,09%.

Mardi, les acteurs du marché "tentent de démêler les diverses lignes de communication (de l'administration Trump) sur les restrictions que les Etats-Unis voudraient imposer aux investisseurs étrangers souhaitant s'impliquer dans les entreprises américaines apportant des technologies importantes", a souligné Patrick O'Hare de Briefing.

Un article du Wall Street Journal a en effet indiqué lundi matin que Washington prévoyait d'annoncer à la fin de la semaine des restrictions limitant les investissements chinois dans ces entreprises. Le secrétaire d'Etat au Trésor Steven Mnuchin a plus tard dans un tweet précisé que cette restriction ne s'appliquerait pas qu'aux entreprises chinoises, avant que le conseiller au commerce du président, Peter Navarro, assure dans une interview qu'aucune restriction aux investissements n'était prévue.

Cette confusion "limite la conviction des investisseurs" et le rebond des indices après leur forte chute la veille, selon M. O'Hare.

Mais la séance était aussi marquée mardi par les dernières annonces stratégiques de General Electric (GE), qui faisait bondir son titre (+7,45%).

Fleuron affaibli de l'industrie américaine, le groupe poursuit son vaste plan de restructuration engagé fin 2017 en externalisant sa division santé et en sortant du capital de Baker Hugues. Il espère reprendre de l'élan en se concentrant sur son coeur de métier industriel: les activités dans l'aéronautique, l'électrique et les énergies renouvelables.

Cette annonce intervient le jour où, pour la première fois depuis 1907, l'action GE n'est plus intégrée au Dow Jones. Conformément à une décision annoncée le 19 juin, il y est remplacé par Walgreens Boots Alliance (-1,58%).

le marché obligataire était quasiment stable: le taux d'intérêt sur la dette américaine à 10 ans évoluait à 2,879% contre 2,880% lundi soir, et celui à 30 ans à 3,027% contre 3,024% à la précédente clôture.

  1. NYSE

Vos commentaires