En ce moment
 

Wall Street, au lendemain d'un net rebond, se replie

Wall Street, au lendemain d'un net rebond, se replie
Des tradeurs à la bourse de New York, le 16 octobre 2018SPENCER PLATT

A découvrir

Wall Street s'enfonçait dans le rouge peu après l'ouverture mercredi, reprenant son souffle au lendemain de sa plus forte hausse depuis mars et en attendant le compte-rendu de la dernière réunion de la Banque centrale américaine.

Vers 14H00 GMT, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, cédait 0,82%, à 25.587,39 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 0,52% à 7.605,93 points après avoir démarré dans le vert.

L'indice élargi S&P 500 perdait 0,47% à 2.796,83 points.

Les résultats solides de quelques grands noms de la finance et de la santé ainsi qu'une forte progression du secteur de la technologie avaient aidé mardi la Bourse de New York à rebondir après plusieurs séances agitées: le Dow Jones avait grimpé de 2,17% et le Nasdaq de 2,89%.

"La grande question après le rebond (de mardi) est de voir si la saison des résultats des entreprises américaines va venir à la rescousse des marchés", fortement ébranlés la semaine dernière par la soudaine montée des taux d'intérêt aux Etats-Unis, a relevé Jim Reid de Deutsche Bank.

Les chiffres trimestriels dévoilés après la clôture mardi étaient à cet égard contrastés.

Le site de vidéos en ligne Netflix (+6,19%) et la compagnie aérienne United Continental (+4,38%) ont particulièrement ravi les investisseurs tandis que le groupe informatique IBM (-6,19%) a déçu.

Netflix a engrangé bien plus de nouveaux abonnés que prévu au troisième trimestre, totalisant 137 millions de souscripteurs à travers le monde, signe que son pari d'investir énormément dans les contenus originaux semble être efficace face à une concurrence féroce.

United Continental, maison mère d'United Airlines, a enregistré un bond de presque 30% de son bénéfice net au troisième trimestre, des résultats meilleurs qu'attendu malgré la hausse des prix du kérosène et les intempéries.

Egalement dans le secteur des transports, la compagnie ferroviaire CSX (-0,95%) a aussi dépassé les attentes grâce notamment à une réorganisation drastique des opérations.

IBM, qui poursuit son recentrage dans le "cloud" pour redresser ses finances, a en revanche calé au troisième trimestre avec des résultats en repli.

Membre du Dow Jones comme IBM, le spécialiste des articles de maisons et de jardin Home Depot reculait de 4,25% après l'abaissement de la recommandation des analystes de Credit Suisse.

- Mega-contrat pour GE? -

La problématique des taux d'intérêt devrait revenir sur le devant de la scène en cours de séance avec la diffusion des minutes du dernier Comité de politique monétaire de la Banque centrale (FOMC), qui avait décidé en septembre de relever ses taux d'intérêt et réaffirmé son intention de poursuivre les hausses de taux dans les mois à venir.

Les investisseurs ne retireront pas forcément beaucoup plus d'informations que ce qui a déjà été dévoilé dans le communiqué diffusé à l'issue de cette rencontre et lors de la conférence de presse du président de l'institution Jerome Powell qui avait suivi.

"Mais ils seront à l'affût de tout indice sur la possibilité que le Comité soit prêt à faire une pause dans le durcissement de sa politique monétaire" si la croissance mondiale devait caler ou si la volatilité sur les marchés financiers devait s'intensifier, ont souligné les analystes de Daiwa Capital.

Le marché obligataire se détendait un peu mercredi: le taux d'emprunt sur la dette à 10 ans des Etats-Unis évoluait à 3,145% contre 3,163% mardi soir et celui sur la dette à 30 ans à 3,323% contre 3,334% la veille.

Parmi les autres valeurs du jour, General Electric, qui selon le Financial Times devrait remporter un contrat de fourniture d'électricité de plusieurs milliards de dollars en Irak, s'appréciait de 3,14%.

Le groupe d'assurances Prudential Financial montait de 0,65% après avoir été retiré de la liste des groupes à risque "systémique" surveillés par les régulateurs financiers après la crise de 2008.

  1. NYSE

Vos commentaires