En ce moment
 
 

Wall Street baisse à l'ouverture, affectée par les ventes au détail

Wall Street baisse à l'ouverture, affectée par les ventes au détail
Wall Street recule à l'ouverture, affaiblie par la plus forte chute mensuelle des ventes au détail aux Etats-Unis depuis dix ansJohannes EISELE

A découvrir

Wall Street reculait à l'ouverture jeudi, affaiblie par la plus forte chute mensuelle des ventes au détail aux Etats-Unis depuis dix ans, au moment où les négociations commerciales entre Pékin et Washington reprenaient.

Vers 14H55 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,75%, à 25.350,92 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, abandonnait 0,42%, à 7.389,11 points.

L'indice élargi S&P 500 lâchait 0,63%, à 2.735,58 points.

La veille, la Bourse de New York avait avancé dans le sillage d'un vent d'optimisme quant au règlement du conflit commercial entre les deux pays et à la perspective d'une sortie de crise budgétaire à Washington permettant d'éviter un "shutdown": le Dow Jones avait gagné 0,46% et le Nasdaq 0,08%.

Les statistiques des ventes au détail pour décembre ont déçu les analystes, qui espéraient un léger progrès de 0,2% pour cet indicateur qui reflète en partie l'allant de la consommation aux Etats-Unis. Elles ont finalement reculé de 1,2% par rapport à novembre.

"Les données (du rapport) sont exceptionnellement faibles", ont observé les analystes de HFE.

"Tellement faibles qu'elles perdent en crédibilité", ont-ils ajouté, évoquant des effets saisonniers importants et des mois d'octobre et novembre particulièrement élevés.

Ce recul, inattendu, s'explique également par l'impact du "shutdown" lorsque, à partir du 22 décembre et pour plus d'un mois, des centaines de milliers de fonctionnaires ont été mis au chômage forcé à cause d'un bras de fer budgétaire entre la Maison Blanche et les démocrates au Congrès.

Après ce premier blocage historiquement long, les craintes de deuxième "shutdown" à partir de vendredi ont été partiellement levées lundi lorsque des parlementaires ont trouvé un compromis budgétaire. Cet accord nécessite toutefois encore l'aval du président américain, Donald Trump.

En parallèle, les négociations entre la Chine et les Etats-Unis ont repris jeudi matin à Pékin, à la résidence diplomatique de Diaoyutai. Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et le représentant pour le Commerce, Robert Lighthizer, ont serré la main du vice-Premier ministre chinois, Liu He, devant les photographes, avant d'entamer des entretiens.

Le temps est compté pour chaque camp car un délai de négociation sans aggravation des sanctions expire à la fin du mois.

Donald Trump a cependant affirmé cette semaine qu'il pourrait accorder à la Chine un délai supplémentaire "si nous sommes proches d'un accord, un vrai accord". La trêve pourrait ainsi être prolongée de 60 jours, a indiqué jeudi l'agence Bloomberg, citant une source proche du dossier.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans baissait à 2,646%, contre 2,702% mercredi à la clôture, et celui sur celle à 30 ans à 2,985%, contre 3,031% à la précédente clôture.

  1. Nasdaq

Vos commentaires