En ce moment
 

Wall Street, en ordre dispersé, reste lestée par les tensions commerciales

Wall Street, en ordre dispersé, reste lestée par les tensions commerciales
La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé le 18 juin 2018Drew Angerer

La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé lundi, les échanges restant dominés par les interrogations sur les conséquences des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a cédé 0,41% à 24.987,47 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, a grappillé 0,01% à 7.747,03 points.

L'indice élargi S&P 500 a baissé de 0,21%, à 2.773,87 points.

"Les inquiétudes liées au commerce ont guidé l'action" des courtiers, a estimé Nate Thooft de Manulife Asset Management.

La décision vendredi du président américain Donald Trump d'imposer des droits de douane supplémentaires sur environ 50 milliards de dollars d'importations chinoises, immédiatement suivie d'une riposte similaire de la Chine, a en effet alimenté la crainte d'une surenchère entre les deux premières puissances économiques mondiales.

Toutefois, a souligné M. Thooft, "si les investisseurs pensaient vraiment que les effets pouvaient être sévères à court terme, les indices seraient descendus bien plus bas".

"Sans doute (les investisseurs) estiment-ils qu'il ne s'agit pas tant d'une guerre commerciale que d'une simple bataille portant au final sur un montant relativement limité si on le compare à l'ensemble des échanges" entre les deux pays, a-t-il ajouté.

Pour lui, les tensions commerciales serviraient surtout d'excuses aux acteurs du marché, par ailleurs inquiets du ralentissement de la croissance observé en dehors des États-Unis.

- Square mise sur le bitcoin -

Le rebond des cours du pétrole à l'approche d'une réunion importante de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de certains autres gros producteurs de brut, qui doivent décider s'ils augmentent ou non leurs extractions, a aussi animé les échanges lundi: l'indice représentant le secteur de l'énergie s'est apprécié de 1,12%.

Le secteur des médias était aussi surveillé. Dans la guerre pour le rachat d'actifs du groupe Fox (-0,22%), Disney (-1,64%) pourrait, selon la chaîne d'informations financières CNBC, revoir son offre pour la rendre plus alléchante en intégrant une partie du paiement en espèces, et contrer ainsi celle de Comcast (-3,84%), tout en numéraire.

Alphabet, la maison mère de Google, s'est apprécié de 1,84% après l'annonce d'un investissement de plus d'un demi-milliard de dollars dans le géant chinois de la vente en ligne JD.com.

General Electric a baissé de 0,75%. Quelques jours après la décision du conglomérat de renoncer à créer un millier d'emplois d'ici à la fin de l'année en France, le gouvernement français a affirmé qu'il devra payer les pénalités qu'entraîne cette décision.

Square, la société spécialisée dans le paiement mobile créée par Jack Dorsey, également fondateur de Twitter, a grimpé de 2,67% après avoir reçu une licence autorisant ses utilisateurs à vendre et acheter du bitcoin dans l'Etat de New York.

Le constructeur de véhicules électriques haut-de-gamme Tesla, qui faisait face lundi à un nouveau mauvais coup médiatique après des images montrant un de ses modèles prenant feu dans les rues de Los Angeles, a gagné 3,53%. Les investisseurs se sont surtout réjoui du fait que Tesla a dévoilé une nouvelle ligne d'assemblage pour le "Model 3", voiture d'entrée de gamme censée en faire un constructeur automobile de masse.

Le marché obligataire se stabilisait: le taux d'intérêt sur la dette américaine à 10 ans évoluait vers 20H30 GMT à 2,918%, contre 2,921% vendredi soir, et celui à 30 ans à 3,045%, contre 3,047% à la précédente fermeture.

Vos commentaires