En ce moment
 

Wall Street lestée à l'ouverture par les tensions commerciales et la tech

Wall Street lestée à l'ouverture par les tensions commerciales et la tech
Wall Street lestée à l'ouvertureDrew Angerer

A découvrir

Wall Street reculait à l'ouverture lundi, freinée par un regain de tensions commerciales et un nouvel accès de faiblesse des valeurs technologiques à l'orée d'une semaine marquée par une réunion de la banque centrale américaine.

Vers 14H10 GMT, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,42% à 26.631,39 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique cédait 0,31% à 7.962,36 points.

L'indice élargi S&P 500 reculait de 0,29% à 2.921,08 points.

La Bourse de New York avait évolué en ordre dispersé au cours des séances précédentes, le Dow Jones (+2,25% sur la semaine) et le S&P 500 (+0,85%) grimpant à de nouveaux sommets à la faveur de perspectives encourageantes pour l'économie américaine, tandis que le Nasdaq (-0,29%) était affecté par le repli du secteur de la technologie.

Le guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine s'est aggravée lundi avec l'entrée en vigueur de nouvelles taxes douanières américaines sur 200 milliards de dollars de biens chinois.

Pékin devait rétorquer immédiatement avec l'imposition de nouveaux droits de douane punitifs sur 60 milliards de dollars de biens américains. Surtout, la visite d'une délégation de négociateurs chinois à Washington a été annulée selon le Wall Street Journal.

Reste que ces frictions étaient déjà présentes la semaine dernière et n'ont pas empêché certains indices d'atteindre de nouveaux sommets.

Outre le fait que la nouvelle salve de sanctions commerciales n'est pas aussi sévère que redouté, "la solidité de l'économie continue à reléguer au second plan les tensions commerciales", a souligné Art Hogan de B. Riley FBR en mettant en avant la bonne tenue des indicateurs sur l'emploi, l'industrie, ou la confiance des consommateurs et des entreprises.

En revanche, "les inquiétudes sur une possible augmentation de la réglementation entourant les entreprises du secteur technologique" pèsent sur plusieurs valeurs phares de la cote lundi, a observé Patrick O'Hare de Briefing.

Ces craintes ont refait surface après la diffusion par l'agence Bloomberg News d'un document selon lequel la Maison-Blanche examinerait un projet de décret donnant instruction aux agences fédérales de mener une enquête antitrust sur les pratiques des plateformes de médias sociaux, comme Google, Facebook ou Twitter.

- Salve de rachats -

Les investisseurs étaient aussi dans l'attente d'une réunion, mardi et mercredi, du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (FOMC). Les acteurs du marché s'attendent dans leur grande majorité à ce que soit annoncée une hausse des taux directeurs, qui devraient atteindre entre 2% et 2,25% pour la première fois après dix ans de politique monétaire accommodante.

Le marché obligataire, après s'être déjà beaucoup tendu au cours des dernières séances, poursuivait sur sa lancée: le taux d'intérêt sur la dette à 10 ans des États-Unis montait à 3,074% contre 3,063% vendredi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,205%, contre 3,200% à la précédente fermeture.

La séance était par ailleurs marquée lundi par une salve d'opérations de fusions-acquisitions, dont le rachat par le groupe SiriusXM de Pandora (+5,67%) pour 3,5 milliards de dollars ou la prise de contrôle par le groupe canadien de production d'or Barrick (+5,83%) de son concurrent britannique Randgold.

Le câblo-opérateur Comcast (-8,19%) est lui en bonne position pour racheter le géant de la télévision européenne Sky pour 30 milliards de livres, au détriment de 21st Century Fox (+0,64%) et au terme d'enchères acharnées qui devraient clore un feuilleton de près de deux ans.

Le groupe de mode Michael Kors chutait de 8,38% alors que selon des informations de presse, la société pourrait annoncer dès cette semaine le rachat de la maison de mode italienne Versace.

Le géant des sodas Coca-Cola, qui a confirmé avoir conclu un accord avec la société Alizé pour acquérir les activités de la célèbre marque française de boissons aux fruits Tropico, cédait 0,90%.

Symantec montait de 4,43%. A l'issue d'une enquête interne sur sa comptabilité rendue publique en mai, le groupe de sécurité informatique a annoncé ne pas avoir l'intention de réviser ses précédents résultats trimestriels.

  1. NYSE

Vos commentaires