En ce moment
 
 

Wall Street monte à l'ouverture, saluant des avancées sur la guerre commerciale

Wall Street monte à l'ouverture, saluant des avancées sur la guerre commerciale
Un trader à Wall Street le 1er février 2019. La Bourse de New York salue les avancées sur la guerre commerciale sino-américaine Johannes EISELE

A découvrir

Wall Street a ouvert en hausse mercredi, profitant du ton jugé un peu plus conciliant du président américain Donald Trump sur la guerre commerciale avec la Chine et le "shutdown".

Vers 15H15 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, prenait 0,51% à 25.555,74 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, progressait de 0,31% à 7.437,77 points.

L'indice élargi S&P 500 gagnait 0,41% à 2.755,96 points.

La place new-yorkaise avait déjà fini en hausse mardi, accueillant positivement des propos de Donald Trump, défavorable à une nouvelle fermeture partielle des administrations aux Etats-Unis et ouvert à un délai dans les négociations avec la Chine: le Dow Jones avait gagné 1,49% et le Nasdaq 1,46%.

Sur le dossier du commerce, le président américain a montré un "nouvel esprit de coopération" de l'avis de Chris Low de FTN Financial.

Alors que le président chinois Xi Jinping recevra vendredi à Pékin la délégation américaine qui doit négocier avec ses partenaires chinois, M. Trump s'est dit prêt à accorder un délai supplémentaire à la Chine "si nous sommes proches d'un accord, un vrai accord".

En décembre, les Etats-Unis avaient donné jusqu'au 1er mars à la deuxième économie du monde pour trouver un terrain d'entente sur les différends commerciaux entre les deux pays, avant de faire passer de 10% à 25% les droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine chaque année.

Les principales places boursières ont salué les avancées sur ce front. Les places asiatiques ont clôturé en hausse de plus de 1% et les Bourses européennes évoluaient en hausse peu avant la fermeture.

Cotés à Wall Street, les groupes chinois Alibaba, JD.com et Baidu prenaient respectivement 0,66%, 0,16% et 2,11%.

- Rappel de véhicules Ford -

Le marché américain accueillait par ailleurs favorablement la perspective d'absence de nouveau "shutdown" vendredi soir, alors que négociateurs républicains et démocrates sont parvenus à un accord budgétaire de principe lundi.

"Je ne pense pas que nous allons avoir un +shutdown+", a déclaré M. Trump, quelques semaines seulement après le plus long blocage partiel des administrations dans l'histoire des Etats-Unis, soit 35 jours.

Parmi les valeurs du jour, Ford a annoncé rappeler en Amérique du Nord environ 1,5 million de pickups F-150, le véhicule le plus vendu aux Etats-Unis, pour un capteur de vitesse de transmission défectueux, déjà à l'origine d'au moins 5 accidents. Son titre gagnait toutefois 0,35%.

Le groupe pharmaceutique Johnson and Johnson progressait de 0,16% après avoir annoncé le rachat du groupe de chirurgie robotique Auris Health, pour 3,4 milliards de dollars.

L'éditeur de jeux vidéos Activision Blizzard, propriétaire des titres "Call of Duty", "World of Warcraft" ou "Candy Crush", a annoncé mardi des résultats moins bons qu'espéré pour 2018, et fait part de prévisions jugées très timides pour 2019, notamment parce que leurs jeux perdaient du terrain face au carton planétaire Fortnite, édité par Epic Games, filiale du chinois Tencent.

Mais le titre bondissait de 6,24% après que le groupe a fait part de centaines de suppressions d'emplois.

Le succès de Fortnite, qui propose un accès gratuit, et a généré 2,4 milliards de dollars de recettes en 2018, grâce notamment à des mises à jour payantes pour personnaliser les parties, a pénalisé les acteurs du secteur, donc l'éditeur américain Electronic Arts qui a dévoilé ses résultats la semaine dernière.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans avançait à 2,702%, contre 2,688% mardi à la clôture, et celui sur celle à 30 ans à 3,031%, contre 3,025% à la précédente clôture.

  1. Nasdaq

Vos commentaires