En ce moment
 

Wall Street, optimiste sur les négociations Chine-USA, ouvre en hausse

Wall Street, optimiste sur les négociations Chine-USA, ouvre en hausse
La Bourse de New York ouvre en hausseJohannes EISELE

A découvrir

La Bourse de New York montait à l'ouverture vendredi, portée par l'espoir d'une avancée dans les discussions sino-américaines alors que Donald Trump doit recevoir dans la soirée le négociateur en chef chinois.

Vers 15H15 GMT, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, prenait 0,44%, à 25.965,64 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, progressait de 0,42%, à 7.491,31 points.

L'indice élargi S&P 500 gagnait 0,33%, à 2.783,99 points.

Jeudi, Wall Street avait terminé dans le rouge, fragilisée par une série de statistiques mitigées sur la santé de l'économie américaine: le Dow Jones avait reculé de 0,40% et le Nasdaq de 0,39%.

Mais vendredi, "les marchés bénéficient d'une avancée apparente des négociations avec la Chine", a estimé Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

Il a en effet été annoncé qu'après une semaine de pourparlers, le président américain Donald Trump recevrait le négociateur en chef chinois Liu He dans le Bureau ovale de la Maison Blanche à 19H30 GMT.

Il reste une semaine avant l'expiration de la date butoir du 1er mars et la mise en oeuvre par Washington de nouveaux tarifs douaniers de 25% sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés, actuellement taxés à 10%. M. Trump a toutefois laissé entendre qu'il pourrait accorder un délai supplémentaire si "un véritable accord" se dessinait.

Pour les investisseurs, "la guerre commerciale avec la Chine est déjà finie", a estimé M. Volokhine.

Cette attitude optimiste est d'autant plus intéressante selon lui que dans le même temps se dessinent de nouvelles tensions avec l'Union européenne, qui prépare actuellement une liste d'entreprises américaines à cibler "contre lesquelles elle prendrait des mesures de rétorsion si les Américains décidaient de taxer les voitures allemandes".

"La page (des tensions sino-américaines) a déjà été tournée par les marchés, peut-être avec un excès d'optimisme. Et la page à venir ne préoccupe encore personne alors que c'est bien la prochaine guerre commerciale qui se dessine. On est dans l'entre deux-guerres", a commenté M. Volokhine.

- Plongeon de Kraft Heinz -

Autre élément marquant du jour: la dégringolade (-27,69%) du géant américain de l'agroalimentaire Kraft Heinz, connu pour son ketchup et ses biscuits d'apéritif.

Le groupe a dévoilé une dépréciation massive qui a fait basculer ses comptes dans le rouge au quatrième trimestre.

Pour M. Volokhine toutefois, les investisseurs ne s'en inquiètent pas outre mesure car ils savent que le groupe a "appliqué des recettes qui marchaient à un certain moment", à savoir la baisse drastique des dépenses, alors que son problème est surtout le fait que ses produits, comme ses desserts gélatineux Jell-O, "ne sont plus dans l'air du temps".

La société informatique Hewlett Packard Enterprise (HPE), qui a relevé jeudi soir ses prévisions annuelles, montait de 1,54%.

Altice USA, la filiale américaine du conglomérat du magnat français des médias Patrick Drahi, s'appréciait de 3,47%. Le groupe vise une hausse de ses revenus en 2019, après une année 2018 au cours de laquelle elle a enregistré de nouveaux abonnés et réduit sa dette.

Ford, qui a lancé une enquête sur les émissions polluantes réelles de ses voitures après que des employés ont signalé des erreurs dans les données communiquées aux autorités, reculait de 1,09%.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans reculait à 2,652%, contre 2,691% jeudi à la clôture, et celui sur la dette à 30 ans à 3,002%, contre 3,050% la veille.

  1. Nasdaq

Vos commentaires