En ce moment
 
 

Wall Street ouvre en baisse, reprenant son souffle

Wall Street ouvre en baisse, reprenant son souffle
Un trader à la Bourse de New York le 13 février 2019Johannes EISELE

A découvrir

Wall Street a démarré la séance en baisse mercredi, digérant plusieurs semaines de progression ininterrompue, tout en suivant une nouvelle audition de Jerome Powell, le patron de la Banque centrale américaine (Fed), devant les parlementaires.

Vers 15H10 GMT, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,30%, à 25.980,04 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 0,47%, à 7.513,73 points.

L'indice élargi S&P 500 cédait 0,28%, à 2.786,14 points.

Jerome Powell avait réitéré mardi sa volonté d'être "patient" avant toute décision sur les taux en raison des perspectives d'inflation, ce qui n'avait toutefois pas empêché un recul des indices: le Dow Jones avait perdu 0,13% et le Nasdaq 0,07%.

"Le manque d'engagement clair du marché peut être attribué en partie à l'excès d'engagement depuis octobre", a affirmé Patrick O'Hare, de Briefing.

L'indice S&P 500, qui regroupe les 500 plus grosses entreprises cotées aux Etats-Unis, a ainsi dégringolé de 20% entre octobre et la veille de Noël, avant de reprendre 19% depuis.

"Il est peut être temps pour le marché de se reposer", a estimé le spécialiste, précisant que la récente forte hausse des indices est survenue alors que les entreprises américaines revoyaient généralement à la baisse leurs prévisions de résultats financiers pour 2019.

- Témoignage explosif -

A l'agenda de mercredi, les courtiers suivaient une nouvelle audition de Jerome Powell, à la Chambre des représentants cette fois après le Sénat mardi.

Devant les sénateurs, M. Powell a averti que l'inflation allait ralentir quelque temps dans le pays et que c'était donc "le bon moment" pour la Fed "d'être patiente et d'attendre de voir" avant d'agir à nouveau sur les taux d'intérêt.

De tels commentaires sont traditionnellement suivis d'une hausse des actions. Mais celles-ci n'ont pas décollé mardi car des propos similaires ont déjà été tenus par l'hôte de la banque centrale.

Egalement scruté par les courtiers, le témoignage de l'ex-avocat de Donald Trump, Michael Cohen, qui s'apprête à livrer devant le Congrès un témoignage aussi explosif qu'accablant.

Les suites de la guerre commerciale entre Pékin et Washington pesaient par ailleurs un peu sur la tendance alors que le négociateur en chef américain a déclaré mercredi qu'il restait "encore beaucoup à faire" avant un accord.

Sur le front des valeurs, Boeing prenait 0,43%. Les compagnies aériennes vietnamiennes Vietjet, Bamboo Airways et Vietnam Airlines ont signé des contrats pour l'achat d'avions et de maintenance pour un total de 21 milliards de dollars avec des entreprises américaines, a annoncé mercredi un haut responsable de la Maison Blanche. La compagnie à bas coût VietJet achètera 100 Boeing 737-Max.

En pleines turbulences, le groupe américain General Electric (GE) a supprimé 30.000 emplois dans le monde en 2018, selon son rapport annuel diffusé mardi. Le titre avançait de 0,14%.

Le groupe de vente de matériel électronique Best Buy bondissait de 15,62% après la publication de ses résultats trimestriels. Son chiffre d'affaires s'est révélé supérieur aux attentes. Best Buy a également annoncé une hausse du dividende versé aux actionnaires.

Weight Watchers s'effondrait de 34,73% après avoir fait état d'une prévision de résultats financiers inférieure aux anticipations pour l'année en cours.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,672%, contre 2,636% mardi à la clôture, et celui sur la dette à 30 ans à 3,049%, contre 3,006% la veille.

  1. Nasdaq

Vos commentaires