En ce moment
 
 

Wall Street en ordre dispersé, attentif à une intervention de Jerome Powell

Wall Street en ordre dispersé, attentif à une intervention de Jerome Powell
Un trader à la Bourse de New York le 13 février 2019Johannes EISELE

A découvrir

Wall Street évoluait près de l'équilibre mardi après une ouverture en baisse alors que le président de la Fed, Jerome Powell, a de nouveau suggéré de la patience sur les prochaines hausses de taux d'intérêt.

Vers 15H50 GMT, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,11%, à 26.062,33 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, était à l'équilibre, à 7.554,30 points.

L'indice élargi S&P 500 prenait 0,03%, à 2.797,02 points.

La place new-yorkaise avait clôturé en hausse lundi, le président américain, Donald Trump, ayant évoqué un accord commercial "très proche" avec la Chine et une possible rencontre avec son homologue chinois, Xi Jinping, "pour signer" un compromis: le Dow Jones avait gagné 0,23% et le Nasdaq 0,36%.

Le président de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, a averti mardi devant une commission du Sénat que l'inflation aux Etats-Unis allait descendre sous la cible des 2% de l'institution "pendant un certain temps", ce qui plaide pour la patience sur les hausses de taux.

Les indices se sont ressaisis peu après la publication de ces commentaires, le Nasdaq et le S&P 500 repassant dans le vert après une ouverture en baisse. Une pause dans les hausses de taux suggère des conditions d'emprunt plus avantageuses pour les ménages et les entreprises.

L'indice Dow Jones peinait toutefois à avancer en raison du net recul d'un de ses membres phares, Caterpillar (-2,84%), après l'abaissement de la recommandation d'UBS sur le titre d'"acheter" à "vendre".

- Confiance -

M. Powell "persiste et signe sur la patience", a observé Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services, notant que cette patience est "devenue une vraie ligne de conduite" pour l'institution.

"Il est désormais difficile d'imaginer une inflation qui pourrait déclencher une hausse de taux subite", a encore affirmé le spécialiste.

En décembre, l'inflation mesurée par l'indice PCE n'a atteint en glissement annuel que 1,7%, et 1,9% sans les prix de l'énergie, a précisé M. Powell.

Les investisseurs restaient à l'affût d'autres commentaires du patron de la Fed, qui continuait à être interrogé par les sénateurs.

Les indices étaient également un peu aidés par une nette amélioration en février de la confiance des consommateurs, après un plus bas enregistré un janvier.

A l'ouverture, Wall Street avait été lestée par la publication d'un indicateur sur les mises en chantier de logements, qui ont diminué plus que prévu en décembre sous l'effet notamment d'une hausse des prix des matériaux de construction.

Parmi les autres valeurs du jour, Tesla cédait 0,85%. Son PDG, Elon Musk, a vertement critiqué mardi le gendarme américain de la Bourse, la SEC, en fustigeant tout particulièrement ses mécanismes de contrôle, ce qui risque d'envenimer des relations déjà tendues entre les deux parties.

Macy's gagnait 0,25% après l'annonce d'un plan de restructuration, notamment au sein de la chaîne de direction, qui lui permettra de réaliser 100 millions de dollars d'économies par an.

L'avionneur Boeing a annoncé mardi avoir choisi Nikki Haley, l'ancienne ambassadrice de Donald Trump aux Nations Unis (ONU), comme nouveau membre de son conseil d'administration. Le titre perdait 0,22%.

L'enseigne de bricolage et d'aménagement de la maison Home Depot, s'est montrée prudente mardi pour l'année 2019, ravivant les inquiétudes des investisseurs sur le marché immobilier américain. Son cours de Bourse lâchait 2,26%.

AT&T avançait de 0,51%. Le projet de rachat de Time Warner par le fournisseur de services téléphoniques est conforme à la loi, a affirmé mardi en appel la justice américaine après avoir été saisie par le ministère de la Justice (DoJ).

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans reculait à 2,654%, contre 2,663% lundi à la clôture, et celui sur la dette à 30 ans à 3,023%, contre 3,027% la veille.

  1. Nasdaq

Vos commentaires