En ce moment
 

Wall Street ouvre en baisse, suspendue à une décision de Trump sur l'Iran

Wall Street ouvre en baisse, suspendue à une décision de Trump sur l'Iran
Traders sur le New York Stock Exchange le 4 mai 2018 à New YorkDrew Angerer

A découvrir

Wall Street a démarré la séance en baisse mardi alors que le président américain Donald Trump doit s'exprimer en cours de séance sur l'avenir d'un accord nucléaire avec l'Iran.

Vers 14H15 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,18% à 24.313,86 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 0,17% à 7.252,68 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,19% à 2.667,53 points.

La place new-yorkaise avait terminé en hausse lundi, soutenue par un baril de pétrole au plus haut depuis 2014, les courtiers ayant toutefois été échaudés en fin de séance par un tweet du président Trump concernant l'accord nucléaire iranien: le Dow Jones avait pris 0,39% et le Nasdaq 0,77%.

Le président américain Donald Trump doit s'exprimer mardi à 18H00 GMT au sujet de l'accord nucléaire iranien qu'il pourrait quitter, au risque d'ouvrir une période de vives tensions avec ses alliés européens et d'incertitudes quant aux ambitions atomiques de Téhéran.

Sauf coup de théâtre spectaculaire, le président américain, qui n'a eu de cesse de dénoncer l'"horrible" accord conclu par Barack Obama, devrait rétablir, au moins partiellement, les sanctions levées en contrepartie de l'engagement pris par l'Iran de ne pas se doter de l'arme nucléaire.

"Il semble que le président se dirige vers une sortie de l'accord et la réinstauration de sanctions", a affirmé Karl Haeling de LBBW.

- Snap recrute chez Amazon -

"Cependant, en avançant sa décision de plusieurs jours, il pourrait se dégager quelques marges de manoeuvre en vue de sauver l'accord", a-t-il ajouté, M. Trump ayant initiallement fixé au 12 mai la date butoir aux négociations sur cet accord.

Quoi qu'il en soit, sa décision "pourrait intensifier l'incertitude et la volatilité à court terme sur les actions et les matières premières", a encore affirmé M. Haeling.

Cet état d'esprit incertain des courtiers lors des séances boursières récentes concernant le dossier iranien mais également les craintes de guerre commerciale avec la Chine ou les ennuis de politique intérieure de M. Trump ont "contribué à rendre les indices très ternes malgré une saison des résultats formidable", a affirmé Patrick O'Hare de Briefing.

Le marché obligataire se tendait nettement: le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,976%, contre 2,950% lundi soir, et celui à 30 ans évoluait à 3,141%, contre 3,123 à la précédente clôture.

Parmi les valeurs du jour, le groupe de location de véhicules Hertz plongeait de 14,64% à 18,92 dollars après la publication de résultats trimestriels ayant fait état d'une perte plus élevée que prévu.

Le câblo-opérateur Comcast (-3,15% à 31,37 dollars) chercherait à réunir 60 milliards de dollars en vue de réaliser une offre concurrente à Wall Disney (-0,75% à 101,71 dollars) sur l'acquisition d'une grande partie des actifs de Twenty First Century Fox (+2,12% à 38,85 dollars), l'empire de Rupert Murdoch.

Snap prenait 4,56% à 11,23 dollars alors que le réseau social a annoncé le remplacement de son directeur financier Andrew Vollero par Tim Stone, un cadre d'Amazon.

  1. Nyse
  2. Nasdaq

Vos commentaires