En ce moment
 
 

Wall Street ouvre en hausse après les chiffres sur l'emploi

Wall Street ouvre en hausse après les chiffres sur l'emploi
La Bourse de New York monte, après des chiffres de bonne tenue sur l'emploi Johannes EISELE

A découvrir

Wall Street montait légèrement à l'ouverture vendredi après des chiffres de bonne tenue sur l'emploi américain et des signaux optimistes sur les négociations entre Washington et Pékin.

Vers 14H05 GMT, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, avançait de 0,21%, à 26.441,16 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 0,49%, à 7.930,35 points.

Après avoir déjà enregistré six séances consécutives de hausse, l'indice élargi S&P 500 montait de 0,37%, à 2.889,96 points.

La Bourse de New York avait terminé en ordre dispersé jeudi dans un marché s'interrogeant sur l'évolution réelle des pourparlers en cours entre la Chine et les Etats-Unis et attendant la publication du rapport mensuel sur le marché du travail aux Etats-Unis: le Dow Jones avait gagné 0,64% tandis que le Nasdaq avait cédé 0,05%.

Selon les chiffres du département du Travail dévoilés avant l'ouverture, les créations d'emplois aux Etats-Unis ont finalement fortement rebondi en mars, dépassant les attentes des analystes après le mauvais score de février.

Le taux de chômage est resté à son faible niveau de 3,8% tandis que la progression des rémunérations s'est un peu ralentie, à 3,2% sur un an.

"En résumé les créations d'emploi se sont accélérées après un accès de faiblesse en février, qui avait suivi des créations vigoureuses en janvier. La majeure partie de cette volatilité est liée à la météo", selon Jim O'Sullivan, économiste pour HFE.

Si on prend en compte la moyenne depuis le début de l'année, les quelque 180.000 créations d'emplois par mois sont moins élevées que l'an dernier mais restent solides, souligne-t-il.

Le ralentissement du salaire horaire est en revanche une moins bonne nouvelle, selon lui.

Dans leur ensemble, "les données ne donnent pas à la Fed de raison de recommencer à durcir sa politique monétaire tout de suite, mais elles ne plaident pas non plus en faveur d'un assouplissement", a-t-il conclu.

- Nouvelle défaillance chez Boeing -

Les négociations sino-américaines restaient aussi au centre de l'attention des courtiers alors que le président américain a, après la clôture jeudi, fait part de son optimisme sur les avancées. Il n'a toutefois pas annoncé de date pour une rencontre avec son homologue chinois Xi Jinping pour acter la fin de la guerre commerciale.

Le président chinois a de son côté, dans un message transmis à Donald Trump, appelé à la "conclusion rapide des négociations".

"Les gros titres sur le sujet devraient continuer à être favorables" au cours des prochaines semaines mais "cet accord est très attendu et à déjà été peu à peu intégré aux prix du marché", a estimé Art Hogan de la société National.

"Il est difficile d'imaginer que l'officialisation d'un accord déclenche une nouvelle forte hausse des cours s'il ne prévoit pas la levée immédiate des taxes élevées à l'importation" que se sont mutuellement imposés la Chine et les Etats-Unis, a-t-il ajouté.

Le prochain élément de nature à vraiment faire bouger les prix selon lui sera la saison de résultats d'entreprises, qui démarrera en fin de semaine prochaine.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt à 10 ans sur la dette américaine baissait légèrement, à 2,504% contre 2,515% la veille.

Sur le front des valeurs, Boeing cédait 0,17%. Après avoir pris acte jeudi de la défaillance du système de contrôle de son moyen-courrier 737 MAX qui a contribué à l'accident d'Ethiopian Airlines, le MCAS, Boeing a indiqué avoir identifié "un aspect du logiciel -sans lien avec le MCAS- qui doit être corrigé". Un problème pour lequel le constructeur assure avoir "déjà la solution".

Alphabet, la maison mère de Google, cédait 0,11%. Google a confirmé jeudi qu'il avait démantelé un comité de conseil sur l'intelligence artificielle après une controverse sur la présence de certains de ses membres.

  1. Nasdaq

Vos commentaires