En ce moment
 

Wall Street monte après un discours du patron de la Fed

A découvrir

Wall Street évoluait en hausse peu après l'ouverture vendredi, dans un marché accueillant sans réaction majeure les propos sans surprise du président de la banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell à l'occasion d'une réunion de banquiers centraux.

Vers 14H35 GMT, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, prenait 0,33% à 25.740,46 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 0,60% à 7.925,51 points.

L'indice élargi S&P 500 avançait de 0,35% à 2.866,98 points.

La place new-yorkaise avait terminé en baisse jeudi après une séance indécise, ballottée entre nouvelles taxes douanières sino-américaines, inquiétudes judiciaires autour de Donald Trump et indicateurs économiques mitigés: le Dow Jones avait perdu 0,30% et le Nasdaq 0,13%.

Dans un discours très académique à la conférence de Jackson Hole (Wyoming), Jerome Powell a affirmé vendredi que la Fed "ferait tout ce qui est en son pouvoir" pour réagir à une éventuelle hausse de l'inflation ou à une crise.

Il a également assuré que le Comité monétaire de l'institution prendrait ses responsabilités si l'inflation devait grimper, tout en indiquant que, pour l'instant, l'économie n'était pas en surchauffe.

"Rien de très surprenant n'est ressorti du discours" de M. Powell, a réagi David Levy de Republic Wealth Advisors. Cette prise de parole de M. Powell a, en dehors d'une légère baisse du dollar, eu peu d'influence notable sur les marchés financiers.

- Critiques de Trump -

Le président de l'institution s'est par ailleurs abstenu de répondre aux critiques de Donald Trump, le président américain s'étant dit cette semaine "pas emballé" par M. Powell, bien qu'il l'a choisi lui-même pour remplacer Janet Yellen à la tête de l'institution en février.

Le patron de la Fed n'a pas non plus évoqué la politique de tarifs douaniers que porte actuellement l'administration américaine.

"La Fed doit rester en dehors des considérations politiques", a résumé M. Levy.

Le discours vendredi de M. Powell est intervenu au moment où les incertitudes sont grandes en matière de commerce entre les Etats-Unis et ses partenaires.

Les négociateurs mexicains et américains ont avancé jeudi sur la refonte de l'accord de libre-échange Aléna mais ils devront continuer la semaine prochaine, tandis que Washington et Pékin ont repris le dialogue dans leur bras de fer commercial mais "sans avancée majeure", de l'avis des analystes de Charles Schwab.

Sur le marché obligataire, le taux à dix ans sur la dette américaine s'équilibrait à 2,829% contre 2,826% à la clôture jeudi, et celui à 30 ans évoluait à 2,978% contre 2,980% la veille.

Parmi les valeurs du jour, Foot Locker chutait de 11,92% alors que le chiffre d'affaires trimestriel de l'enseigne, à magasins comparables, s'est affiché sous les estimations des analystes.

Gap plongeait également de 11,04% après la publication d'un chiffre d'affaires trimestriel sous les attentes des observateurs du marché.

Autodesk bondissait en revanche de 14,37%. La société d'édition de logiciels a fait part d'un bénéfice par actions supérieur aux attentes des analystes.

Microsoft prenait de son côté 0,48%. La multinationale informatique est l'objet d'une enquête des autorités américaines pour une potentielle affaire de corruption en Hongrie, d'après les informations du Wall Street Journal.

  1. NYSE

Vos commentaires