Wall Street ouvre en hausse, poursuivant son rebond

Wall Street ouvre en hausse, poursuivant son rebond
Wall Street ouvre en hausse, poursuivant son rebond grâce à un apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la ChineDrew Angerer

A découvrir

Wall Street a ouvert en hausse mardi à New York, continuant à rebondir grâce à un apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine: le Dow Jones prenait 0,36% et le Nasdaq 0,32%.

Vers 14H10 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 86,40 points, à 24.289,00 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 23,23 points, à 7.243,77 points.

L'indice élargi S&P 500 progressait de 0,25%, ou 6,72 points, à 2.665,27 points.

Les indices hésitaient toutefois quelques minutes après l'ouverture, alternant entre le vert et le rouge.

La Bourse de New York avait très fortement progressé lundi, reprenant une partie des lourdes pertes de la semaine précédente alors que le Trésor américain avait confirmé la tenue d'un dialogue entre les Etats-Unis et la Chine concernant le déficit commercial américain: le Dow Jones avait gagné 2,84% et le Nasdaq 3,26%.

Ces annonces rassurantes pour le marché sont intervenues après que le président Trump a annoncé la semaine dernière des sanctions financières à hauteur de 60 milliards de dollars sur les importations en provenance de Chine, suscitant l'ire de Pékin qui avait dévoilé des mesures de rétorsion, et le plongeon de Wall Street.

"Dans son livre +Art of the Deal+, Trump affirme qu'il aime lancer des négociations en suivant une ligne déraisonnable, pour finalement trouver une voie médiane. C'est sans doute ce qui se passe avec la Chine en ce moment", a indiqué Chris Low de FTN Financial.

"La réponse positive du marché est aussi liée au fait que les Chinois ne sont pas connus pour répondre calmement à la fanfaronnade", a ajouté M. Low, estimant que les Etats-Unis n'ont pas intérêt à s'attirer les foudres de Pékin.

- Facebook se reprend -

Donald Trump aurait d'autant plus intérêt à chercher une voie médiane que d'éventuelles représailles commerciales chinoises et européennes contre des produits américains pourraient constituer, à l'approche des élections de mi-mandat, un risque politique pour Donald Trump, en pénalisant des Etats, surtout agricoles, qui ont voté pour lui en 2016.

"Dans tous les cas de figure, les représailles de la Chine impliqueront les Etats très +rouges+ (républicains) et agricoles", a résumé Monica De Bolle, spécialiste du commerce international au Peterson Institute for International Economics (PIIE).

Le marché obligataire se détendait un peu: le taux de rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,829%, contre 2,852% lundi soir, et celui à 30 ans baissait à 3,068%, contre 3,086%.

De son côté, Facebook se reprenait (+1,22%), après avoir perdu 14% en un peu plus d'une semaine, à la suite d'une affaire d'utilisation indue de données privées par la société Cambridge Analytica.

Twitter reculait (-2,57% à 31,09 dollars) alors que le réseau social va, après Google et Facebook, interdire sur sa plateforme certaines publicités relatives aux cryptomonnaies afin de parer aux tentatives d'escroquerie.

Red Hat, le distributeur du système d'exploitation Linux, montait fortement (+3,80% à 158,92 dollars) après avoir publié des résultats trimestriels meilleurs qu'attendu.

La société de stockage de données en ligne Dropbox reculait (-1,30% à 30,06 dollars) pour sa troisième journée de cotation. Dropbox a connu deux premières séances de forte progression à la Bourse de New York, sa première journée s'étant même soldée par une hausse de 30%.

  1. Nyse
  2. Nasdaq

Vos commentaires