En ce moment
 

Wall Street ouvre en hausse, profitant d'indicateurs favorables

Wall Street ouvre en hausse, profitant d'indicateurs favorables
Traders sur le New York Stock Exchange le 26 mars 2018Drew Angerer

Wall Street a ouvert en hausse jeudi, soutenue par des indicateurs favorables alors que les courtiers se préparent pour un week-end prolongé en raison d'un jour férié vendredi: le Dow Jones prenait 0,44% et le Nasdaq 0,02%.

Vers 14H05 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average prenait 104,45 points, à 23.952,87 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 1,61 point, à 6.950,84 points.

L'indice élargi S&P 500 gagnait 0,30%, ou 7,89 points, à 2.612,89 points.

La place new-yorkaise avait reculé mercredi à la clôture, affectée par le recul des cours du pétrole et la fragilité toujours importante des valeurs technologiques même si la croissance américaine au dernier trimestre 2017 a été revue à la hausse: le Dow Jones avait reculé de 0,04% et le Nasdaq de 0,29%.

"Les investisseurs se montrent quelque peu enthousiastes ce matin alors qu'ils se préparent pour un week-end prolongé de Pâques", ont noté les analystes de Briefing, les marchés étant fermés vendredi aux Etats-Unis.

Cet optimisme à l'issue d'une semaine agitée sur les marchés était favorisé par des indicateurs économiques plutôt favorables.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis sont ainsi tombées à leur plus bas niveau en 45 ans, et les revenus des ménages ont augmenté plus vite (+0,4%) que leurs dépenses (+0,2%) en février.

Le moral des ménages a quant à lui été en hausse en mars.

L'activité économique dans la région de Chicago a en revanche ralenti sa progression pour le même mois, contrairement aux attentes des analystes.

Par ailleurs, l'inflation aux Etats-Unis a atteint un plus haut depuis onze mois en février, selon l'indice PCE qui a progressé de 1,8% en glissement annuel contre 1,7% en janvier.

Ce chiffre pourrait être interprêté négativement par Wall Street dans la mesure où il pourrait encourager la banque centrale américaine (Fed) à procéder à davantage de hausses de taux d'intérêt que prévu, mais "cela ne l'influencera pas significativement" la Fed, selon Briefing, en raison de la hausse modeste de cet indice.

- Trump face à Amazon -

A l'occasion de cette dernière journée de cotation de la semaine, "les marchés essayent de se remettre de la récente flambée de volatilité entraînée par une chute du secteur technologique", ont observé les analystes de Schwab.

Amazon demeurait toutefois sous le feu des projecteurs (-3,32% après avoir perdu 4,38% la veille) alors que le président Donald Trump a exprimé jeudi son "inquiétude" concernant le peu d'impôts que paierait Amazon aux Etats-Unis.

Après avoir fortement progressé lors des précédentes séances sous l'effet des craintes à la Bourse, le marché obligataire continuait son avancée: le taux de rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 2,763% contre 2,781% mercredi soir et celui à 30 ans à 2,992% contre 3,021% la veille.

Parmi les valeurs du jour, le fabricant et distributeur de boissons alcoolisées Constellation Brands progressait (+2,92% à 226,93 dollars) après avoir publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

Facebook (+1,71% à 155,64 dollars) reprenait quelques forces après avoir très lourdement chuté lors des deux dernières semaines à la suite du scandale Cambridge Analytica concernant l'utilisation indue de données sur le réseau social.

Le cours avançait malgré une prise de parole plutôt critique la veille du patron d'Apple, Tim Cook.

Les valeurs bancaires regroupées au sein du S&P 500 prenaient 0,28% et semblaient peu affectées par l'amende de 2 milliards de dollars reçue par la banque britannique Barclays aux Etats-Unis pour solder une enquête du département de la Justice (DoJ) portant sur ses pratiques dans l'immobilier avant la crise financière.

Vos commentaires