Wall Street ouvre en hausse, soutenue par l'espoir de détente commerciale

Wall Street ouvre en hausse, soutenue par l'espoir de détente commerciale
Wall Street ouvre en hausseBryan R. Smith

A découvrir

Wall Street a démarré en hausse vendredi, soutenue par l'espoir d'une détente dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, dans le sillage d'informations sur un éventuel abaissement des tarifs douaniers américains.

Vers 15H15 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, prenait 0,52%, à 24.497,88 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,30%, à 7.105,65 points.

L'indice élargi S&P 500 gagnait 0,56%, à 2.650,67 points.

Ces informations du Wall Street Journal, évoquant une possible suppression de tout ou partie des tarifs douaniers punitifs de Washington sur les importations en provenance de Chine, avaient déjà permis à la Bourse de New York de clôturer en hausse jeudi: le Dow Jones avait gagné 0,67% et le Nasdaq 0,76%.

L'administration de Donald Trump chercherait ainsi à inciter Pékin à faire plus de concessions dans les négociations commerciales en cours entre les deux pays, affirmait jeudi le quotidien américain.

La relation entre les dirigeants chinois et américains, abîmée depuis plusieurs mois par des invectives et des tarifs douaniers punitifs réciproques, semble en être au stade de la "décongélation", ont commenté vendredi les analystes de Wells Fargo.

Dans ce contexte de léger optimisme, les courtiers misaient sur une détente entre les deux pays, bien que les informations du Wall Street Journal ont été démenties par l'administration Trump.

"Les dirigeants américains ont beau démentir ces rumeurs, le marché ne veut pas prêter attention" à leurs dénégations, a affirmé Patrick O'Hare de Briefing.

- 28 jours de 'shutdown' -

Moins suivie par les marchés mais également facteur de hausse des indices, la production industrielle est restée ferme en décembre, progressant un peu au dessus des prévisions des analystes, selon les chiffres de la Réserve fédérale (Fed) publiés vendredi.

De nombreux autres indicateurs économiques américains n'ont pas été publiés ces dernières semaines en raison du "shutdown", la fermeture partielle des administrations fédérales liée à un blocage politique sur le budget entre la Maison Blanche et les démocrates depuis 28 jours.

Le marché était par ailleurs un peu affaibli vendredi matin par le plongeon de 9,80% du constructeur d'automobiles électriques Tesla après l'annonce d'une suppression d'environ 7% des effectifs et le rappel de 14.123 véhicules Model S en Chine en raison de problèmes avec les airbags.

Parmi les autres valeurs, Netflix baissait de 4,31%. Avec près de 140 millions d'abonnés dans le monde, Netflix est de loin le leader de la vidéo en streaming, mais ce succès se fait au prix d'une coûteuse course aux productions originales, révélée par ses résultats trimestriels jeudi soir.

L'émetteur de cartes de crédit American Express (AmEx) baissait de 1,32% après avoir annoncé des résultats trimestriels décevants, marqués à la fois par une hausse des coûts et une augmentation des provisions liées aux défaillances des clients.

JPMorgan Chase prenait 0,68%. Jamie Dimon, le PDG de la banque américaine, va toucher 31 millions de dollars pour l'année 2018, en hausse de 5,1%, une somme record qui pourrait faire de lui le dirigeant le mieux payé de Wall Street.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,756%, contre 2,750% jeudi à la clôture, et celui à 30 ans progressait à 3,084%, contre 3,074% la veille.

  1. Nasdaq

Vos commentaires