En ce moment
 
 

Wall Street ouvre en ordre dispersé, le Dow Jones près de son record

Wall Street ouvre en ordre dispersé, le Dow Jones près de son record
Des courtiers travaillant sur le parquet du New York Stock Exchange à Wall StreetJohannes EISELE

A découvrir

Wall Street hésitait à l'ouverture vendredi après un indicateur solide sur la consommation américaine et un nouveau geste commercial de la part de Pékin.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, avançait vers 14H15 GMT de 0,18%, à 27.230,34 points. En hausse pour la huitième séance de suite, il s'approchait ainsi de son record en séance, de 27.398,68 points.

L'indice élargi S&P 500 montait aussi, de 0,06% à 3.011,33 points, également à quelques encablures de son sommet historique.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, cédait 0,15%, à 8.182,01 points.

La Bourse de New York avait terminé en petite hausse jeudi, portée par l'espoir d'avancées dans les négociations sino-américaines et les mesures de soutien de la Banque centrale européenne: le Dow Jones s'était apprécié pour la septième séance de suite, de 0,17%, et le Nasdaq avait gagné 0,30%.

A l'approche de nouveaux pourparlers commerciaux en octobre à Washington, la Chine a annoncé vendredi une nouvelle série d'exemptions de surtaxes douanières s'appliquant cette fois à certains produits agricoles américains - chers à Donald Trump.

Cette nouvelle couronne une série de gestes d'apaisement cette semaine entre les deux premières puissances mondiales, engagées depuis l'an dernier dans une guerre commerciale.

- Ventes au détail -

Autre signal encourageant vendredi: les ventes au détail aux Etats-Unis ont continué à montrer leur dynamisme en août selon les chiffres du département du Commerce.

Tiré surtout par les ventes de voitures, l'indice des ventes des détaillants et restaurants a progressé de 0,4% par rapport à juillet en données corrigées des variations saisonnières, dépassant les attentes des analystes qui étaient de 0,2%.

Ces chiffres "suggèrent que les ménages américains continuent de dépenser allègrement malgré les troubles mondiaux", remarquent les analystes de Oxford Economics.

"Cependant nous rappelons qu'avec le ralentissement de la croissance de l'emploi et avec la confiance du secteur privé de plus en plus sensible aux incertitudes politiques, l'élan des dépenses ralentira progressivement à l'horizon 2020", avancent-ils.

Les investisseurs attendent désormais de savoir ce que la Banque centrale américaine va décider lors de sa réunion la semaine prochaine, notamment vu les incertitudes autour du commerce et la morosité en Europe. Les acteurs financiers sur les marchés s'attendent en tout cas toujours à une très large majorité à une baisse des taux de 25 points de base.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait, évoluant à 1,836% contre 1,772% la veille à la clôture.

Sur le front des valeurs, Apple repassait sous la barre des 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière et freinait les indices en reculant de 1,62%.

Le fournisseur d'énergie PG&E, qui a annoncé vendredi le versement de 11 milliards de dollars à des entités représentant 85% des demandes d'indemnisation émises par des compagnies d'assurance pour les dommages causés par des feux de forêt meurtriers en Californie, montait de 3,07%.

Le groupe de semi-conducteurs Broadcom plongeait de 4,33% après avoir fait part de résultats trimestriels supérieurs aux attentes et avoir confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année, à un niveau un peu en dessous des prévisions.

  1. Nasdaq

Vos commentaires