En ce moment
 

Wall Street recule, inquiète de l'optimisme de Jerome Powell

Wall Street recule, inquiète de l'optimisme de Jerome Powell
Traders sur le parquet du New York Stock le 26 février 2018 SPENCER PLATT

Wall Street reculait mardi à la mi-séance après avoir ouvert en hausse, le ton optimiste du nouveau patron de la banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell lors d'une audition étant interprété comme le risque de hausses de taux plus marquées que prévu.

Vers 17H00 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average baissait de 0,25%, ou 63,67 points, à 25.645,60 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 0,66%, ou 49,16 points, à 7.372,31 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,49%, ou 13,72 points, à 2.765,88 points.

Devant une commission de la chambre des Représentants et à l'occasion de sa première intervention publique, le nouveau président de la Fed Jerome Powell a dressé un tableau très optimiste de l'économie des Etats-Unis.

"Lorsqu'il a été interrogé sur son intention d'augmenter trois fois ou plus les taux cette année, il a répondu que sa confiance dans une progression de l'inflation et de l'activité économique avait progressé depuis décembre", a noté Karl Haeling de LBBW.

"Le marché l'a interprété comme une ouverture à une quatrième hausse de taux cette année", a-t-il ajouté, la Fed ayant pour le moment indiqué qu'elle n'en prévoyait que trois en 2018.

Après ces propos, le dollar a continué à se reprendre et les taux d'intérêt sur la dette américaine se sont fortement tendus.

Le taux des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,912% contre 2,862% lundi soir et celui à 30 ans à 3,186% contre 3,153% la veille, faisant pression sur le marché des actions.

Le secteur des valeurs financières, qui profitent généralement d'une hausse des taux d'intérêt, était le seul à avancer au sein des 11 secteurs qui composent le S&P 500, en prenant 0,16%.

- Air Force One -

Sur le front macro-économique les nouvelles étaient quant à elles plutôt positives: les prix des logements aux Etats-Unis se sont inscrits en hausse en décembre et la confiance des consommateurs a atteint en février son plus haut niveau depuis 2000.

Petit bémol: les commandes de biens durables ont reculé en janvier.

Parmi les valeurs du jour, Boeing progressait (+1,24% à 367,97 dollars) après avoir annoncé mardi la finalisation du contrat pour la construction des avions présidentiels (Air Force One) de nouvelle génération.

Les groupes du secteur de la santé Walgreens (-2,71% à 68,69 dollars) et AmerisourceBergen (-5,27% à 95,28 dollars) chutaient après l'échec d'une tentative de rachat de la seconde par la première, a rapporté la presse américaine.

Le groupe de grande distribution Macy's progressait (+4,44% à 28,67 dollars) après avoir pris plus de 10% dans les premiers échanges suite à la publication de bénéfices en forte hausse.

Le câblo-opérateur Comcast reculait (-6,37% à 37,06 dollars) après avoir dévoilé une offre de 31 milliards de dollars pour acquérir la chaîne de télévision britannique Sky, une offre supérieure à celle du groupe 21st Century Fox (-2,32% à 37,91 dollars), l'empire du magnat Rupert Murdoch.

Disney chutait également (-3,90% à 105,53 dollars) alors que le groupe souhaite acquérir une partie des activités de Fox.

Vos commentaires