Wall Street termine en hausse, la technologie domine

Wall Street termine en hausse, la technologie domine
Traders sur le parquet du New York Stock Exchange le 12 février 2018Drew Angerer

Wall Street a terminé en hausse jeudi pour la cinquième séance de suite, emmenée par le secteur technologique malgré plusieurs indicateurs mitigés sur l'économie américaine.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a pris 1,23% ou 306,88 points à 25.200,37 points, terminant au-dessus du cap des 25.000 points pour la première fois depuis le début du mois.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a avancé de 1,58% ou 112,81 points à 7.256,43 points.

L'indice élargi S&P 500 a pris 1,21%, ou 32,57 points, à 2.731,20 points.

Ces trois indices ont ainsi bouclé leur cinquième séance de hausse de suite après une violente chute qui avait vu le Dow Jones et le S&P 500 reculer de plus de 10% en à peine deux semaines, une "correction" dans le jargon financier.

"La correction semble toucher à sa fin rapidement", a noté Alan Skrainka de Cornerstone Wealth Management.

"Nous n'avons pas encore regagné la moitié de ce que nous avions perdu. La poursuite du rebond est logique", a ajouté Phil Davis de PSW Investments.

Les valeurs technologiques réunies au sein du S&P 500 ont mené la progression de l'indice élargi, portées par la forte hausse d'Apple (+3,36% à 172,99 dollars).

Le rattrapage a toutefois été ralenti par la publication de données sur l'inflation, les prix à la production (PPI) ayant rebondi en janvier après l'annonce la veille d'une progression plus rapide qu'anticipé des prix à la consommation (CPI).

Une accélération de l'inflation est généralement le signe d'une hausse à venir des taux d'intérêt de la banque centrale américaine (Fed) et est perçue négativement par les marchés.

Or ces derniers ont finalement porté peu d'attention à ces signaux, un relatif désintérêt également observé sur le dollar qui continuait à baisser malgré la perspective d'une remontée des taux.

Cette inflation semble perçue comme "temporaire" par les courtiers, a noté M. Skrainka.

La production industrielle américaine a de son côté baissé en janvier, alors que les analystes s'attendaient à une hausse.

"Elle a explosé au deuxième semestre (2017) et a ralenti en janvier. Le recul, s'il se poursuit, est inquiétant. Mais le rythme d'activité est impressionnant", a estimé Chris Low de FTN Financial.

"L'économie américaine est toujours en bonne santé", a résumé M. Skrainka.

- Hommage aux victimes -

Le marché obligataire s'est à nouveau tendu: le rendement de la dette américaine à 10 ans montait à 2,906% contre 2,902% la veille. Il a culminé à 2,94%, un plus haut en quatre ans.

Celui sur la dette à 30 ans avançait à 3,162% contre 3,134% la veille.

Les marchés ont également profité d'une série de résultats d'entreprises de bonne tenue, comme ceux de Cisco qui a vu son chiffre d'affaires trimestriel repartir à la hausse et a gagné 4,73% à 44,08 dollars.

TripAdvisor est monté (+4,13% à 42,40 dollars) après avoir publié ses résultats trimestriels.

Omnicom a chuté (-6,63% à 77,29 dollars). Le groupe publicitaire a dévoilé une forte baisse de son bénéfice net au quatrième trimestre en raison de l'effet de la réforme fiscale, et un chiffre d'affaires inférieur aux attentes du marché.

Parmi les autres valeurs, Amazon a progressé (+0,74% à 1.461,76 dollars) alors que la presse américaine évoquait un partenariat avec Bank of America Merrill Lynch (+0,66% à 32,21 dollars) dans les prêts aux commerçants.

Berkshire Hathaway, la holding de l'investisseur américain Warren Buffett, a avancé (+1,67% à 203,89 dollars) après avoir pris une participation dans le groupe israélien de médicaments génériques Teva, également coté à New York, (+11,46% à 74,30 dollars), en difficultés.

Berkshire s'est également renforcé au sein d'Apple.

Jeudi, les personnes présentes sur le parquet du New York Stock Exchange ont observé un instant de silence peu avant l'ouverture de la Bourse, en mémoire des 17 victimes d'une fusillade dans un lycée en Floride mercredi.

Les titres de fabricants d'armes à feu ont évolué en ordre dispersé jeudi après cette nouvelle tuerie, Sturm Ruger perdant 0,20% à 50,00 dollars et American Outdoor Brands, la maison mère de Smith & Wesson, grimpant de 1,58% à 10,91 dollars.

Vos commentaires