Wall Street profite d'un rebond du pétrole et démarre en hausse

Wall Street profite d'un rebond du pétrole et démarre en hausse
La Bourse de Wall Street a démarré la séance en hausse mercrediBryan R. Smith

Wall Street a démarré la séance en hausse mercredi, portée par un rebond des cours du pétrole au lendemain de l'annonce par Donald Trump du retrait américain de l'accord nucléaire iranien.

Vers 13H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, prenait 0,35% à 24.445,68 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,24% à 7.284,43 points.

L'indice élargi S&P 500 progressait de 0,38% à 2.682,17 points.

Mardi, la place financière new-yorkaise avait terminé la séance tout près de l'équilibre, les marchés réagissant peu à chaud à l'annonce attendue de M. Trump sur le dossier iranien: le Dow Jones avait pris 0,01% et le Nasdaq 0,02%.

Alors que les cours du pétrole montaient nettement au lendemain de l'annonce de Donald Trump sur la sortie prochaine de l'accord nucléaire iranien, les sociétés du secteur de l'énergie regroupées dans un sous-indice du S&P 500 prenaient 1,75%, la plus forte hausse de l'indice élargi.

Les majors pétrolières ExxonMobil et Chevron avançaient respectivement de 1,61% et 1,81%.

Les courtiers "intègrent l'hypothèse que l'offre de pétrole iranienne sera sans doute réduite et que les cours du pétrole devront porter une prime de risque géopolitique" supplémentaire, a affirmé Patrick O'Hare de Briefing.

Dans le même temps, ils semblaient globalement peu inquiets de cette énième annonce spectaculaire du milliardaire américain.

"Les investisseurs ont compris le style de négociation du président: lancez les hostilités avec une annonce explosive mais laissez ensuite tranquillement prévaloir le statu quo", ont affirmé les analystes de DataTrek.

"Souvenez-vous de l'Aléna (Accord de libre-échange nord-américain, ndlr), surnommé +le pire accord commercial de l'histoire+. Les négociations se poursuivent (...) et les échanges avec le Mexique et le Canada ont lieu presque comme si de rien n'était", ont-ils ajouté.

Cette réaction plutôt mesurée des marchés "suggère qu'il y a encore des chances de réaliser des compromis et convaincre Trump d'adoucir les sanctions" selon Karl Haeling LBBW.

Le marché obligataire se tendait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 3,003%, contre 2,976% mardi soir, repassant la barre symbolique des 3%, et celui à 30 ans évoluait à 3,158%, contre 3,130% à la précédente clôture.

Au niveau des indicateurs, les prix à la production aux ont progressé moins que prévu en avril en raison d'une baisse marquée dans le secteur de l'alimentation, de +0,1% en avril contre +0,2% attendu.

Vos commentaires